Accéder au contenu principal
FOOTBALL

Organisation de la CAN 2015: que décidera la CAF?

Mehdi Mostefa (d) en duel avec le Tunisien Youssef Msakni lors de la CAN 2013 en Afrique du Sud. Mais où joueront l'Algérie et la Tunisie en janvier ?
Mehdi Mostefa (d) en duel avec le Tunisien Youssef Msakni lors de la CAN 2013 en Afrique du Sud. Mais où joueront l'Algérie et la Tunisie en janvier ? AFP PHOTO / ALEXANDER JOE

Alors que la Confédération africaine de football (CAF) doit rendre son verdict définitif mardi 11 novembre suite à la nouvelle demande de report du Maroc, pays organisateur de la prochaine Coupe d’Afrique des nations, plusieurs scénarios sont envisageables. Annulation, délocalisation, co-organisation ? Quelques indices…

Publicité

Depuis plusieurs semaines, la tenue de la prochaine Coupe d’Afrique des nations (17 janvier - 8 février) reste floue. Très floue. Après une demande de report de la compétition annoncée le 10 octobre au soir par le ministère des Sports du Maroc, suite à la propagation du virus Ebola, le royaume chérifien maintient sa position, malgré le refus de la Confédération africaine de football. La CAF se montre claire. « Ce qui est sûr et certain au jour d’aujourd’hui, c’est qu’il n’est pas question de reporter cette compétition », a expliqué dimanche sur l’antenne de RFI Constant Omari, membre du Comité exécutif de l’organisation qui doit rendre un verdict définitif mardi 11 novembre.

Une annulation est-elle envisageable ?

A priori, cette option est écartée. Essentiellement pour des raisons financières. « Sur les plans sportif, marketing et financier, sur le plan même de l’existence de la CAF, nous avons développé un argumentaire suffisant pour justifier que cette compétition n’ait jamais été reportée depuis 1957. Il en va de la survie même de la Confédération africaine de football. […] Imaginez un seul instant que nous reportions cette compétition : quelles seraient les conséquences financières pour la CAF et les effets collatéraux sur ses partenaires commerciaux ou vis-à-vis du calendrier international ? », questionne Constant Omari, conscient de l’importance des droits télévisés que rapporte la compétition. Après avoir mis la pression sur le gouvernement marocain, en leur laissant notamment, en vain, « cinq jours » après une réunion qui se devait déjà décisive le lundi 3 novembre pour changer d’opinion, la CAF s’apprête donc à mettre en place, dans l’urgence, un plan B.

Une délocalisation au Nigeria ou en Angola ?

Les différents membres de la CAF que nous avons pu solliciter ne cachent pas être en contact avec plusieurs pays pour prendre la place du Maroc (même si le royaume n’a jamais refusé d’organiser l’événement). Mais quels territoires auraient les moyens d’organiser en dernière minute une telle compétition qui doit débuter le 17 janvier ? L’Afrique du Sud, qui a déjà pallié au forfait du Kenya en 1996 puis à celui de la Libye en 2013, tout en organisant le Mondial 2010 ? « C’est non et non », a indiqué le ministre des Sports Fikile Mbalula. Le Ghana ? Son ministre des Sports vient lui-aussi d’assurer, lundi 10 novembre, que son pays était incapable d’accueillir le tournoi. Même réponse du côté de son homologue égyptien.

Quelles autres possibilités ? Le Nigeria ? Le pays des champions en titre paraît en pole position, malgré les problèmes de sécurité et la présence au Nord du groupe armé Boko Haram. Le Nigeria dispose de plusieurs stades conséquents, dont une nouvelle enceinte ultra-moderne de 30 000 places à Uyo, tout juste inaugurée, et qui recevra le Brésil le 29 mars 2015.

L’Angola semble également en lice, même si le souvenir de la CAN 2010 organisée sur ses terres ne plaide pas en sa faveur. Problèmes de transports, retards importants sur les lignes aériennes, prix d'hôtels exorbitants…

A moins d’une co-organisation…

Seules deux éditions, en 2000 au Ghana et au Nigeria, et en 2012 avec le Gabon et la Guinée équatoriale, ont bénéficié d’une co-organisation. La CAF d’ailleurs ne s’en cache pas, elle n’est pas une fervente partisane de cette solution, même si, en cas de nécessité, elle pourrait bien s’y plier. Plusieurs duos ont déjà émergé : Algérie/Tunisie, Gabon/Cameroun ou Gabon/Angola, le Gabon ne pouvant accueillir, tout seul, cette CAN. Réponse mardi 11 novembre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.