Accéder au contenu principal
Football

La Guinée équatoriale va-t-elle organiser la CAN 2015?

Des supporters équato-guinéens lors de la CAN 2012.
Des supporters équato-guinéens lors de la CAN 2012. AFP PHOTO / ABDELHAK SENNA

Le président de la Confédération africaine de football, Issa Hayatou, est attendu à Malabo pour s’entretenir avec le chef de l’Etat, Teodoro Obiang Nguema, sur l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations 2015, selon plusieurs sources. La Guinée équatoriale fait quasiment figure de dernier recours africain pour accueillir la CAN 2015, malgré un manque d’infrastructures.

Publicité

La Confédération africaine de football (CAF) doit annoncer ce 14 novembre, ou le lendemain, l’identité du pays qui remplacera le Maroc pour accueillir la Coupe d’Afrique des nations 2015. C’est ce qu’avait affirmé Issa Hayatou sur France 24, le 11 novembre dernier, après avoir dessaisi le Maroc de la CAN 2015.

Une conférence de presse serait ainsi prévue en début d'après-midi, quelques heures avant le début de la 5e journée des éliminatoires, selon une source qui requiert l’anonymat. C’est sans doute tout sauf un hasard si le président de la CAF est attendu à Malabo, ce vendredi, selon plusieurs sources.

Le dirigeant camerounais est censé s’entretenir avec le chef de l’Etat, Teodoro Obiang Nguema, au sujet de la compétition prévue du 17 janvier au 8 février. Officiellement, on n’est au courant de rien au sein du gouvernement local. Mais la piste équato-guinéenne fait figure de quasi-dernier recours en Afrique, après les désistements plus ou moins clairs et définitifs de l’Afrique du Sud, de l’Angola, de l’Egypte, du Gabon, du Ghana et du Nigeria.

Guinée équatoriale : des atouts mais un manque d’infrastructures

La Guinée équatoriale présente plusieurs avantages. Elle a les moyens financiers d’organiser une CAN, grâce à l’argent du pétrole. Elle dispose de l’expérience et de certaines infrastructures (hôtels, routes, stades, terminaux d’aéroports, etc.) héritées de la CAN 2012, qu’elle avait co-organisée avec succès avec le Gabon. Surtout, les Equato-guinéens veulent accueillir une CAN seuls et s’orientent vers une candidature pour la CAN 2017, remise en jeu après le forfait de la Libye. Enfin, son équipe a été disqualifiée des éliminatoires pour avoir aligné un joueur non-éligible face à la Mauritanie.

En 2012, la Guinée équatoriale s’était résignée à partager la CAN avec le Gabon, par manques d’infrastructures. Deux ans plus tard, le problème est toujours là. Le pays dispose de deux stades seulement aux normes internationales : celui de Bata (40.000 places environ), qui avait accueilli le match d’ouverture en 2012, et celui de Malabo (15.000 places environ). D’autres enceintes, plus petites, existent à Ebibeyin, Mongomo, Luba et Mbini, selon notre correspondant.

La CAF ne peut de toutes les façons pas exiger les standards habituels d'une Coupe d’Afrique des nations. Les délais sont intenables, la compétition devant commencer dans deux mois.

Seule autre piste, le Qatar s’est déclaré prêt à aider à l’organisation de la CAN 2015. Si on le lui demande officiellement.

Pour rappel, le Maroc a été écarté après avoir demandé deux fois le report du tournoi, par peur du virus Ebola.

Les éliminatoires doivent se pouruivre ces 14 et 15 novembre. Ils s'achèveront le 19 novembre. Le tirage au sort de la phase finale, prévu le 26 novembre à Rabat, aura lieu au plus tard le 30 novembre. A Sipopo, à côté de Malabo, comme pour la CAN 2012 ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.