Accéder au contenu principal
Football

Steven Nzonzi répond à l’appel de l’équipe de France

Bien que courtisé par la sélection de RDC, Steven Nzonzi, ici face à Cristiano Ronaldo, est convoqué en équipe de France.
Bien que courtisé par la sélection de RDC, Steven Nzonzi, ici face à Cristiano Ronaldo, est convoqué en équipe de France. JORGE GUERRERO / AFP

A presque 29 ans, Steven Nzonzi a été convoqué pour la première fois en équipe de France de football par Didier Deschamps. Une bonne nouvelle pour le milieu de terrain, qui déclinait la sélection de RDC jusqu’à présent dans l’espoir d’intégrer les Bleus. Le natif de Colombes, impressionnant avec le FC Séville, est finalement récompensé.

Publicité

Steven Nzonzi est un homme patient. Ce 2 novembre, un mois et demi avant son 29e anniversaire, le footballeur a vu sa progression récompensée par une première convocation en équipe de France de football. Didier Deschamps l’a retenu pour les rendez-vous amicaux contre le pays de Galles (10 novembre) et contre l’Allemagne (14 novembre). Une convocation qui intervient plus de sept ans après la dernière apparition de Nzonzi avec l’équipe de France Espoirs.

Il remplace Kanté mais devance Bakayoko

Le sélectionneur des Bleus a expliqué sa décision de convoquer Steven Nzonzi pour la première fois. Il ne s’en est pas caché : si le longiligne milieu de terrain (1m96) est dans le groupe, c’est notamment parce que N’Golo Kanté est indisponible (tout comme Paul Pogba). Mais c’est aussi parce que le Sévillan fait forte impression en Andalousie. D’ailleurs, Didier Deschamps a fait appel à Nzonzi et non pas à Tiémoué Bakayoko, en délicatesse à Chelsea.

L’entraîneur tricolore rappelle qu’il y a une « forte concurrence » au milieu de terrain de l’équipe de France. « Steven Nzonzi était à un très, très bon niveau la saison dernière (…), il fait un bon début de saison avec Séville. (…) Steven n’a pas tout à fait le même registre ni le même gabarit (que N’Golo Kanté, ndlr), mais il connaît bien ce poste et ce rôle de milieu axial », ajoute Deschamps.

La RDC le voulait aussi, mais lui rêvait de l’équipe de France

Dans un entretien accordé fin 2016 à L’Equipe, Steven Nzonzi évoquait sa carrière et ses « années de galère » devenues « une bénédiction » à ses yeux. Passé par les centres de formation du PSG et de Caen, le jeune homme ne fut pas conservé et dut cravacher pour finalement atterrir à Amiens. En 2009, à même pas 21 ans, il quitta la France sans avoir joué en Ligue 1 et prit son envol en Angleterre, d’abord  à Blackburn (2009-2012), puis à Stoke (2012-2015), avant de franchir un nouveau palier à Séville. En Liga, il s’est élevé parmi les meilleurs milieux de terrain, au point d’éveiller l’intérêt des Italiens de la Juventus.

Né à Colombes en région parisienne, Nzonzi, bi-national congolais via son père, peut aussi prétendre à la sélection de RDC. Cette dernière lui fait d’ailleurs les yeux doux. Ariza Makukula, directeur sportif de la RDC, l’a confirmé en avril dernier sur le plateau de SFR Sport; il a longtemps insisté pour convaincre le milieu de terrain de jouer pour les Léopards. Sans réussite. « Son rêve, c’est de jouer avec la France », a-t-il reconnu. Ce sera peut-être le cas dans quelques jours.

La sélection anglaise a tenté sa chance

Entre la France et la RDC, Steven Nzonzi a donc choisi et a finalement obtenu sa première convocation. Un troisième pays s’était penché sur son cas : l’Angleterre. Sam Allardyce, éphémère sélectionneur des Three Lions (il ne resta que deux mois, entre juillet et septembre 2016), voulait s’appuyer sur l’ex-Amiénois, qu’il a eu sous ses ordres à l’époque où il coachait Blackburn. « Il aurait été très utile et il n’a jamais eu la reconnaissance qu’il mérite », estimait Allardyce. Mais le passage de Nzonzi en équipe de France Espoirs le rendait inéligible pour l’Angleterre.

Qu’il joue ou non avec les Bleus contre les Gallois et les Allemands, le néo-international pourra encore prétendre à jouer avec la RDC. En effet, les deux matches prévus ne sont que des rencontres amicales. Or, le règlement de la Fifa autorise un joueur à changer de sélection (par le droit du sang) sauf s’il dispute un match en compétition reconnue (éliminatoires, Coupe du monde, Euro…). Néanmoins, entre l’envie de Steven Nzonzi de jouer pour la France et ce signe de confiance envoyé par le sélectionneur, il paraît peu envisageable de voir le milieu de terrain avec les Léopards un jour.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.