Accéder au contenu principal
Football / Croatie-Nigeria

Les Nigérians affichent leur fraîcheur avant le Mondial 2018

John Obi Mikel et Gernot Rohr, respectivement capitaine et sélectionneur de l'équipe du Nigeria, le 15 juin 2018 à Kaliningrad, avant leur match de Coupe du monde 2018 face à la Croatie.
John Obi Mikel et Gernot Rohr, respectivement capitaine et sélectionneur de l'équipe du Nigeria, le 15 juin 2018 à Kaliningrad, avant leur match de Coupe du monde 2018 face à la Croatie. REUTERS/MATTHEW CHILDS

La sélection nigériane débute sa Coupe du monde 2018 de football par un match face à la Croatie, ce 16 juin à Kaliningrad à 19h TU. Plus jeune équipe du tournoi, le Nigeria mise davantage sur sa fraicheur que sur ses dernières performances pour déjouer les pronostics face aux Croates, aux Islandais (22 juin) et aux Argentins (26 juin), dans le groupe D.

Publicité

De notre envoyé spécial à Kaliningrad,

« Beaucoup de Russes semblent soutenir l’équipe de Nigeria. Je ne sais pas vraiment pourquoi. Peut-être est-ce parce que ma copine est russe ? » John Obi Mikel sourit, satisfait de sa boutade. A la veille de Croatie-Nigeria (16 juin à partir de 19h TU), le premier match des « Super Eagles » durant la Coupe du monde 2018, le milieu de terrain et son sélectionneur, Gernot Rohr, affichent une grande décontraction, en conférence de presse.

Des matches amicaux pas convaincants

« Nous sommes prêts, nous nous sommes bien préparés, assure le plus expérimenté des 23 Nigérians présents au Mondial 2018. Il n’y a eu aucun problème ou souci durant la préparation. Il y a eu de la discipline durant les stages. Et l’unité règne depuis le premier jour ».

Tenue en échec par la RDC (1-1), puis battue par l’Angleterre (1-2) et la République tchèque (0-1), la sélection nigériane a pourtant plus fait parler d’elle avec son nouveau maillot bariolé qu’avec ses performances sur le terrain. « On n’aime jamais perdre des matches amicaux, admet Gernot Rohr. Mais j’ai vu ce que je voulais voir durant ces rencontres. Et je suis content d’avoir constaté que mes joueurs étaient prêts physiquement. Et j’ai vu tout le monde jouer, les 23. C’est plus important que de faire des bons résultats durant la préparation ».

L’équipe la plus jeune du tournoi

Avec une moyenne d’âge de 25,5 ans, le Nigeria a l’équipe la plus jeune du tournoi. « Je ne pense pas que ce sera un problème, relativise John Obi Mikel. Dans un tournoi comme celui-là, on ne sait jamais... Parfois, c’est vrai que l’expérience compte. Parfois, la jeunesse est utile. Les joueurs débordent d’énergie et ont beaucoup à prouver. Ils n’ont jamais évolué à ce niveau par le passé. Donc, je pense que ça nous aidera, même si ça pourrait être un problème. Mais on fonctionne comme ça depuis un an, un an et demi. » Et ça a permis au Nigeria de brillamment se qualifier pour la phase finale.

« Peut-être que cette Coupe du monde arrive un peu tôt pour eux, souligne d'ailleurs Gernot Rohr. Je pense qu’ils seront prêts pour celle de 2022. Cette édition 2018 sert aussi à apprendre ».

Eviter les couacs du Mondial 2014

Les Nigérians ont-ils justement retenu les leçons de 2014 ? Ils avaient abordé la Coupe du monde au Brésil du haut de leurs statuts de champions d’Afrique 2013. Mais malgré un effectif expérimenté et talentueux, les « Super Eagles » avaient été poussifs jusqu'à leur défaite 0-2 en huitièmes de finale face à la France. Le tout après une grève de l’entraînement, suite à des primes non-versées, qui a fait jaser.

« Nous n’avons aucun problème d’argent. Tout va bien. Tout est réglé. Il n’y a aucun problème dans le groupe », assure John Obi Mikel, avant de filer à l’entraînement, sur la pelouse de la Arena Baltika de Kaliningrad.

«Nous sommes censés finir derniers du groupe»

Même la pression démentielle exercée par les dizaines de millions de supporters nigérians ne semble pas inquiéter Rohr et son protégé. « Cette pression, nous la subissons tout le temps. Je suis sûr que nous allons rendre les Nigérians heureux. Nous avons une équipe jeune, rappelle le technicien germano-français. Si vous jetez un œil au classement FIFA, vous verrez qu’on est 47e [48e, Ndlr]. La Croatie est bien mieux classée que nous, tout comme les autres équipes, l’Islande et l’Argentine. Donc, nous sommes censés finir derniers du groupe, normalement. C’est pour ça que nous sommes humbles et restons modestes. Mais nous sommes ambitieux ».

Un discours bien ficelé qui ne dupe toutefois pas Luka Modric, le joueur-vedette de la sélection croate. « Nous ne pensons pas aux classements, conclut le milieu de terrain du Real Madrid, en conférence de presse. Nous savons qu’il s’agit d’une équipe-piège, peut-être la meilleure équipe africaine ». La seule présente en Russie à avoir en tout cas disputer les deux dernières Coupes du monde.


Coupe du monde 2018: le calendrier des matches et classements des équipes

Toute l'actualité de la Coupe du monde 2018
RFI

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.