Accéder au contenu principal
Football / Afrique

CAN 2019: la Tunisie cale d’entrée devant l’Angola

L'Angolais Edouardo Wilson (maillot rouge), barre la route au Tunisien Dylan Bronn lors de Tunisie-Angola. Le 24 juin 2019
L'Angolais Edouardo Wilson (maillot rouge), barre la route au Tunisien Dylan Bronn lors de Tunisie-Angola. Le 24 juin 2019 REUTERS/Suhaib Salem

La Tunisie du sélectionneur français Alain Giresse a été tenue en échec par l’Angola (1-1) à Suez dans le groupe E de la CAN 2019. Face à des Palancas Negras volontaires, les Aigles de Carthage, très décevants dans le jeu, n’ont jamais trouvé la solution pour gagner. Ce sont les seuls mondialistes 2018 à ne pas s'être imposés lors de cette première journée.

Publicité

De notre envoyé spécial à Suez,

Sur les hauteurs du stade de Suez, la vue sur la ville a offert un bien meilleur spectacle parfois que cette première rencontre du groupe E de la CAN 2019 entre la Tunisie et l’Angola (1-1), ce lundi 24 juin. L’ennui a été souvent au rendez-vous de ce match rafraîchit par moments par la brise maritime et la ferveur tenace des centaines de supporters tunisiens. Ils attendaient certainement plus de leur équipe qui a eu un mal fou à entrer dans son match et tenir son rang de favori de ce groupe dans lequel logent aussi le Mali et la Mauritanie.

La Tunisie, mondialiste en 2018, a effectué son premier tir du match après le premier quart d’heure, et il n’y a eu qu’un seul centre de la part des latéraux en première période, alors que le sélectionneur des Aigles, Alain Giresse, avait aligné un 3-4-3. Cela dit de la difficulté de Wahbi Khazri et compagnie à prendre la mesure d’un adversaire qui aurait pu leur faire mal s’il s'était montré un peu plus inspiré offensivement.

Mateus relance les Palancas Negras

La Tunisie a obtenu son penalty sur sa première action véritablement construite pour marquer. Quand le milieu Ellyes Skhiri a enfin décidé de se projeter, il s’est retrouvé dans la surface angolaise pour servir Naïm Sliti avant que celui ne bénéficie d’une faute sur l’intervention mal maîtrisée de Paizo. Youssef Msakni, très peu en vue depuis le début du match (et pas davantage ensuite), s’est offert l’ouverture du score en transformant le penalty (34e).

La suite de la partie a été très peu emballante entre deux équipes qui se sont évertuées à fermer les espaces en prenant le moins de risques. Alors qu’on se demandait si vraiment Mateus, meilleur buteur de l’Angola dans les éliminatoires (4 buts), était sur le terrain, ce dernier s'est révélé à l’origine de l’égalisation. Sur une lourde frappe, il a poussé à la faute le gardien Farouk Ben Moustapha, qui a relâché le ballon dans les pieds de Djalma Campos qui s'est fait un plaisir de remettre les compteurs à zéro (73e). Sonnée, la Tunisie a fini le match en souffrance devant des Angolais revigorés par leur but mais très maladroits dans le dernier geste.

Les Aigles de Carthage lâchent ainsi des points dès leur premier match et sont déjà sous pression avant de jouer le Mali vendredi 28 juin.

► À lire aussi : CAN 2019, Calendrier, résultats et classements de la Coupe d'Afrique

 


Alain Giresse, sélectionneur de la Tunisie : « On se satisfait de ce point compte tenu de la prestation qu’on a fournie. On n’a pas été à la hauteur de ce qu’on pouvait attendre de nous. Ce match-là, on n’est pas rentré dedans. Il y a eu beaucoup d’approximations sur le plan technique, de manque de disponibilité. Il n’y pas grand-chose à dire si ce n’est de retenir ce point du match nul. On va chercher l’explication, mais aucun de nos matches n’avait donné de signe annonciateur de cette production. Est-ce un problème physique ? Le premier match est toujours difficile. »

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.