Accéder au contenu principal
Football / Afrique

Serge Aurier: «Pour moi, la CAN 2019 est peut-être terminée»

Fin de CAN 2019 pour l'Ivoirien Serge Aurier, blessé face au Maroc ?
Fin de CAN 2019 pour l'Ivoirien Serge Aurier, blessé face au Maroc ? RFI/Pierre René-Worms

L’équipe de Côte d’Ivoire s’est inclinée 1-0 face à celle du Maroc dans le groupe D de la Coupe d’Afrique des nations 2019, ce 28 juin au Caire. Les Ivoiriens ont peut-être bien perdu aussi leur capitaine, Serge Aurier, pour la suite de la CAN 2019. Le défenseur invite toutefois à rester mobilisé pour le match face à la Namibie.

Publicité

Serge Aurier, quelles leçons tirez-vous de cette défaite de l’équipe de Côte d’Ivoire face à celle du Maroc ?

Serge Aurier : Je pense qu’on est tombé sur une équipe qui avait davantage de jus que nous. Ils ont eu un jour de récupération en plus. Je crois qu’on a manqué de fraicheur, tout simplement, ce soir… Les Marocains ont été meilleurs dans l’engagement. On s’est créé des occasions de but, mais on n’a pas été réalistes. Eux, sur leur première ou leur deuxième occasion, ils ont réussi à marquer. L’objectif ce soir était de se qualifier en huitièmes de finale. Il nous reste encore un match pour ça. On va tout faire pour le gagner.

Les Marocains ont semblé plus hargneux que les Ivoiriens…

Je vous le dis, les Marocains avaient davantage de jus que nous. Ça s’est senti. On a senti qu’on n’était pas très bien, physiquement, durant ce match-là. On va donc bien se reposer pour pouvoir bien finir avec ce dernier match qui peut être synonyme de qualification. On aurait préféré se qualifier ce soir ou, au moins, décrocher un point. Ce qui est bien, c’est qu’il nous reste ce dernier match. Il faudra être plus costauds et mieux organisés pour pouvoir le remporter.

À (RE)LIRE ► CAN 2019: le Maroc s’impose et se qualifie face à la Côte d’Ivoire

L'Ivoirien Serge Aurier.
L'Ivoirien Serge Aurier. Khaled DESOUKI / AFP

Qu’avez-vous dit à vos coéquipiers dans le vestiaire, après le match ?

Ce que je viens de vous dire : qu’il reste un match et qu’on a perdu une bataille mais pas la guerre. On est des compétiteurs et on sait pourquoi on est là : pour se qualifier.

RFI : Face au Maroc, vous êtes sorti sur blessure. Qu’est-ce qui vous est arrivé ?

Pour moi, je pense que c’est peut-être terminé parce que j’ai ressenti quelque chose. C’est peut-être un claquage ou une déchirure. On va faire des examens. On verra bien. Mais ce n’est pas top top…

Propos recueillis par notre envoyé spécial au Caire,

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.