Accéder au contenu principal
Football

Coupe du monde des clubs 2019: l'Espérance de Tunis éliminée d'entrée

Bafétimbi Gomis a inscrit le but de la victoire d'Al-Hilal contre l'Espérance de Tunis, le 14 décembre 2019.
Bafétimbi Gomis a inscrit le but de la victoire d'Al-Hilal contre l'Espérance de Tunis, le 14 décembre 2019. Kai Pfaffenbach/Reuters

L'Espérance de Tunis, qui a remporté la Ligue des champions CAF, a été battue dès le 2e tour du Mondial des clubs 2019 au Qatar. Les Tunisiens se sont inclinés face à Al-Hilal (1-0), le vainqueur de la Ligue des champions AFC. Un but du Français Bafetimbi Gomis leur a été fatal.

Publicité

Triste bis repetita pour l'Espérance de Tunis. En 2018, en tant que tenant de la Ligue des champions CAF, le club tunisien s'était rendu au Mondial des clubs et avait été giflé dès son entrée en lice au 2e tour par le club émirati d'Al-Aïn (3-0), qui était qualifié en tant que pays-hôte.

Pour l'édition 2019, l'ES Tunis, qui a conservé son titre continental, a retrouvé sur sa route au 2e tour les Saoudiens d'Al-Hilal, vainqueur de la Ligue des champions d'Asie. Et si le tarif diffère, le résultat est le même : c'est déjà fini pour l'Espérance, battue 1-0.

Battus par Al-Hilal, les joueurs de l'ES Tunis remercient les fans venus les soutenir à Doha.
Battus par Al-Hilal, les joueurs de l'ES Tunis remercient les fans venus les soutenir à Doha. Corinna Kern/Reuters

L'ES Tunis pas assez précise

Au Stade Jassim Bin Hamad de Doha, l'EST a pourtant eu des occasions. A la 12e minute, le gardien Abdullah Al Muaiouf a commis une erreur devant Ibrahim Ouattara et offert une belle occasion à Anice Badri. Mais l'attaquant de l'Espérance n'a pas cadré. Plus tard, le portier des champions d'Afrique, Moez Ben Cherifia, s'est distingué en remportant un duel avec Carlos Eduardo, le capitaine brésilien d'Al-Hilal (22e).

Dans les derniers instants de la première période, les Tunisois ont failli craquer quand une parade de Moez Ben Cherifia s'est avérée insuffisante pour empêcher le ballon de filer vers le but. Heureusement pour les protégés du coach Mouine Chaabani, Mohamed Yaakoubi a surgi pour dégager sur sa ligne de la tête.

La griffe de la « Panthère »

En seconde période, Al-Hilal a mis la pression mais a manqué de précision et a même tremblé à la 58e. En voulant intervenir sur une attaque de l'EST, Yasir Al Shahrani a propulsé le ballon vers sa propre cage, et il a fallu un plongeon in extremis d'Abdullah Al Muaiouf pour dévier le ballon juste avant qu'il n'aille au fond des filets.

Et puis, Bafétimbi Gomis est entré en jeu à la 65e minute. L'ancien international français, surnommé la « Panthère » et buteur lors du succès d'Al-Hilal en finale de la Ligue des champions asiatique, a remis ça. Et de quelle manière : servi à l'entrée de la surface, l'ex-attaquant de Saint-Etienne, Lyon et Marseille notamment a éliminé Yaakoubi d'un petit sombrero avant d'ouvrir le score d'une frappe en force (73e).

Bafétimbi Gomis, alias la « Panthère », fête son but avec Al-Hilal contre l'Espérance de Tunis.
Bafétimbi Gomis, alias la « Panthère », fête son but avec Al-Hilal contre l'Espérance de Tunis. Kai Pfaffenbach/Reuters

L'ES Tunis n'a pas réussi à s'en relever, et ce malgré l'expulsion de Mohammed Kanno dans les dernières minutes. Comme en 2018, les Tunisiens ne verront pas les demi-finales, contrairement à Al-Hilal, qui affrontera les Brésiliens de Flamengo mardi 17 décembre. Le même jour, l'Espérance de Tunis affrontera le vainqueur du match CF Monterrey-Al-Sadd dans le match pour la cinquième place.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.