Accéder au contenu principal

Foot: une CAN tous les 4 ans beaucoup plus rentable, est-ce crédible?

Le Tunisien Wahbi Khazri lors de la CAN 2017.
Le Tunisien Wahbi Khazri lors de la CAN 2017. GABRIEL BOUYS / AFP

Pierre Rondeau, économiste du sport et consultant pour le groupe RMC Sport, juge « fragile » deux propositions fortes formulées par Gianni Infantino pour booster la compétitivité du football africain : multiplier par quatre ou par six les revenus de la Coupe d’Afrique des nations en l’organisant tous les quatre ans, et faire bâtir des infrastructures (stades, en tête) dans chacun des pays du continent via 1 milliard de dollars. Entretien.

Publicité

RFI : Pierre Rondeau, le président de la Fédération Internationale de football (FIFA), Gianni Infantino, a invité la CAF à organiser la Coupe d’Afrique des nations (CAN) tous les quatre ans au lieu de tous les deux ans. Le patron de la FIFA a assuré que les revenus d’une CAN tous les quatre ans pouvaient être multipliés par quatre voire par six par rapport à une édition organisée tous les deux ans. Cela vous paraît-il possible ?

Pierre Rondeau : Il y a plusieurs éléments à prendre en compte lorsqu’on s’interroge sur ce quatre à six fois plus de revenus. Lorsqu’on fait un comparatif avec les grandes compétitions sportives internationales, notamment en football comme la Coupe du monde ou l’Euro (qui ont lieu tous les quatre ans), leurs revenus sont bien plus importants que ceux d’une Coupe d’Afrique des nations ayant lieu tous les deux ans. Si je fais un simple comparatif, la CAN, c’est 45 à 50 millions de dollars sur une édition alors que l’Euro 2016 en France […], c’est 1,93 milliard d’euros de chiffre d’affaires pour l’UEFA (la confédération européenne de football, Ndlr). On est sur une différence colossale. Cela autorise à se dire que, oui, si on imposait une rareté avec une CAN tous les quatre ans, on pourrait s’attendre à ce qu’il y ait une augmentation assez importante des revenus et du chiffre d’affaires.

Maintenant, toute la question est de savoir si cette augmentation serait uniquement due à un événement organisé tous les quatre ans, ayant une visibilité plus importante, une meilleure organisation, une intensité sportive plus importante. Il est très difficile d’estimer que, parce que la compétition va avoir lieu tous les quatre ans, on pourra augmenter les revenus quatre à six fois. Ce qui est certain, c’est que la CAN a du retard au niveau de son chiffrage économique. Mais la seule réponse qui consiste à dire « organisons la CAN tous les quatre ans au lieu de tous les deux ans pour multiplier par quatre ou par six les revenus », ça me paraît assez fragile et assez faible comme argumentation.

Connaît-on un exemple de grand événement sportif organisé moins souvent et dont les revenus ont explosé ?

Quand on regarde l’historique des grandes compétitions sportives, c’est plutôt l’inverse qui s’est opéré. C’est plutôt en limitant le temps d’attente entre deux événements qu’on a pu augmenter les gains médiatiques et économiques.

L’exemple le plus récent, vient de la FIFA. Elle, qui demande à ce que la CAN ait lieu tous les quatre ans, a comme projet, comme souhait, que la Coupe du monde féminine ait lieu tous les deux ans au lieu de tous les quatre ans, afin d’augmenter sa médiatisation et la popularité du foot féminin. […]

De la même manière, les Jeux olympiques d’été et d’hiver avaient lieu tous les quatre ans, la même année, jusqu’en 1992. Puis, le CIO, pour tenter d’augmenter ses gains économiques, a réduit ce temps d’attente de quatre ans à deux ans, en ayant deux ans entre les JO d’été et les JO d’hiver.

L’argument qui consiste donc à dire qu’accroire le temps d’attente […] afin d’augmenter les recettes d’exploitation, de médiatisation, les recettes globales, me semble encore une fois assez fragile. L’histoire montrerait plutôt que c’est en réduisant le temps d’attente de quatre à deux ans qu’on espère augmenter les rentrées et les recettes économiques.

Gianni Infantino a annoncé son intention de mobiliser 1 milliard de dollars (à travers des organismes de financement et des mécènes) pour que chacun des 54 pays d’Afrique dispose d’au moins un stade aux standards internationaux et/ou d’un centre technique d’excellence. Peut-on vraiment faire bâtir autant d’infrastructures sur le continent avec un milliard de dollars ?

[…] Cette proposition d’un milliard pour faire bâtir au moins un grand stade dans tant de pays, ça me paraît assez léger. Je ne pense pas que le président de la FIFA veuille faire construire 54 stades, avec un milliard. Si on reprend les coûts en vigueur, en tout cas dans les pays occidentaux, pour un stade aux normes internationales, il faut compter entre 100 et 500 millions d’euros par enceinte. Et je ne parle même pas du milliard utilisé pour le stade du club anglais Tottenham !

Même un stade low cost aux normes internationales, ça coûte 100, 200 ou 300 millions d’euros. Un milliard, ce serait juste assez pour construire dix stades. […] Donc, il faudrait trouver des sources de financement ailleurs, privées peut-être, pour faire construire dans les quarante autres pays africains.

Afficher une somme aussi importante tout en l’associant à une telle promesse […] me semble extrêmement fragile. […] Ou alors, ce serait considéré que, les salaires africains sont si bas et les ouvriers africains si mal payés, qu'on peut faire bâtir des stades de football en Afrique à 10, 15 ou 20 millions de dollars.

Mohamed El Sherei est l’ancien Directeur financier de la Confédération africaine de football (CAF). Il a été licencié en juillet 2019 pour « fautes graves ». Depuis, l’Égyptien ne cesse d’assurer que son ex-employeur est à la dérive, notamment d’un point de vue budgétaire. « Si la CAN a lieu tous les quatre ans, la CAF qui est déjà détruite va être un cadavre, assure-t-il. Est-ce que la CAF peut soutenir ses dépenses en l’état actuel avec une CAN tous les quatre ans ? De mon point de vue, c’est impossible. Sauf si Gianni Infatino garantit le fait de mettre à la CAF le milliard de dollars dont il a parlé pour l’évolution du football africain ». Enfin, il tire la sonnette d’alarme, assurant que les réserves financières réelles de l’institution se montent en fait à 50 ou 55 million dollars. L’autre moitié de l’argent de la CAF (une quarantaine de millions de dollars) proviennent du programme de développement financé par la Fédération internationale, FIFA Forward.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.