Accéder au contenu principal

La CAF critique l’audit de PwC et présente son projet de réformes

Le président de la CAF, le Malgache Ahmad, à la veille du match d'ouverture de la CAN 2019, le 20 juin au Caire.
Le président de la CAF, le Malgache Ahmad, à la veille du match d'ouverture de la CAN 2019, le 20 juin au Caire. RFI/Pierre René-Worms

Le Comité exécutif (ComEx) de la Confédération africaine de football (CAF), réuni ce 14 février 2020 à Doha (Qatar), a présenté son grand projet « Transform CAF 2021 » pour réformer l’institution basée au Caire. Surtout, le ComEx a contesté « les allégations non fondées contenues » dans un rapport d’audit réalisé « en moins de 3 mois » par la société PwC sur l’état de la CAF de 2015 à 2019.

Publicité

Le Comité exécutif (ComEx) de la Confédération africaine de football (CAF) a contre-attaqué, ce 14 février 2020 à Doha. Réuni en marge de la Super Coupe d’Afrique entre l’Espérance Tunis et Zamalek, le ComEx a répondu aux critiques dont il est la cible depuis quinze jours. A l’origine, un audit sur l’état de la CAF entre 2015 et 2019 fait par la société PricewaterhouseCoopers, en partie à la demande de la Fédération internationale de football (FIFA).

Le document, qui a fuité dans la presse, met en lumière des possibles détournements de fonds, des faits présumés de mauvaise gestion et d’amateurisme. « Le Comité Exécutif conteste les allégations non fondées contenues dans ce rapport » qui a été réalisé « en moins de 3 mois » indique un communiqué publié ce vendredi. « Invité à cette session du Comité exécutif, le cabinet PWC ne s’est pas présenté », assure la CAF.

L’audit de PwC critiqué

Le ComEx revient notamment sur la prise en charge polémique de funérailles, avec l'argent du foot continental. « Il s’agit d’actes de solidarité en faveur de familles de personnes ayant servi le football africain, dont la famille de feu Hussein Swaleh décédé de retour de mission dans le crash d’un avion ».

Sur l’utilisation présumée malhonnête des « fonds FIFA FORWARD », l’institution basée au Caire assure que leur « utilisation est strictement encadrée par les procédures de la FIFA elle-même. Pour rappel, les années 2015, 2016, 2017 ont fait l’objet d’un audit de la FIFA à travers des cabinets internationaux au nombre desquels figure PwC ».

Enfin, sur le contrat avec la société française Tactical Steel, qui a valu au président de la CAF une interpellation à Paris en juin 2019, le gouvernement du foot africain se borne à rappeler que des « procédures sont en cours devant diverses instances » et que la CAF « se tient à disposition afin de fournir toutes les justifications concernant cette opération autorisée ».

Un projet de réformes

La majeure partie de la réunion du jour a été consacrée à un vaste projet de refonte de la Confédération africaine de football. « Transform CAF 2021 » s’inscrit en partie dans le cadre de propositions faites par cinq experts africains mandatés par la CAF et la FIFA. La « Task Force des réformes » avait présenté ses suggestions lors de la précédente réunion du ComEx, le 2 février à Rabat.

« "Transform CAF 2021" comporte 4 axes de travail. Il s’agit de l’organisation et la gouvernance, les compétitions, l’arbitrage, et le développement de l’infrastructure. Ces 4 axes sont déclinés en 122 mesures dont 17 ont été jugés prioritaires et devront être finalisées à juin 2020 », poursuit le communiqué.

La CAN tous les 4 ans non-mentionnée

Le communiqué de la CAF ne fait pas mention de la proposition-choc de Gianni Infantino. À savoir que la Coupe d’Afrique des nations ait désormais lieu tous les quatre ans au lieu de tous les deux ans. Le ComEx aurait-il repoussé à une prochaine séance ce sujet ô combien explosif ? Tout juste le programme « Transform CAF 2021 » prévoit-il la création d’une « Commission ad-hoc des réformes des compétitions ».

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.