Accéder au contenu principal

Ligue des champions UEFA: à Valence, Geoffrey Kondogbia retrouve la lumière

Geoffrey Kondogbia lors de la rencontre face à Barcelone en Liga, le 25 janvier 2020.
Geoffrey Kondogbia lors de la rencontre face à Barcelone en Liga, le 25 janvier 2020. JOSE JORDAN / AFP

De retour en pleine forme après quelques semaines perturbées par des blessures, Geoffrey Kondogbia devrait être un atout majeur du FC Valence contre l’Atalanta Bergame en huitième de finale aller de la Ligue des champions, mercredi 19 février. Avec le club ché et en Liga espagnole, le championnat où il s’est révélé il y a huit ans, le Centrafricain exprime à nouveau tout son potentiel.

Publicité

On aurait tendance à l’oublier, car il n'était encore qu'un adolescent lorsqu'il a débuté chez les professionnels, au RC Lens. Et aussi parce que sa carrière, faite de hauts et de bas, l'a envoyé dans trois championnats et deux sélections nationales différentes. Il y aurait de quoi perdre un peu le fil. Mais Geoffrey Kondogbia, s'il n'est plus un jeune espoir, est loin d'être un vétéran puisqu'il a tout juste 27 ans. Il a soufflé ses bougies le 15 février dernier.

Quelques heures avant son anniversaire, le milieu de terrain s’est offert un « cadeau » en marquant son premier but de la saison 2019-2020 en Liga avec le FC Valence contre l’Atlético de Madrid, permettant au club valencien d’obtenir le point du nul (2-2). Le style n’était pas très académique, mais le ballon a terminé au fond des filets, et c’est bien là l’essentiel. Un but qui raisonne comme un symbole de la remontée en puissance de l’international centrafricain.

« La Pieuvre » coule le navire Barça et règne au milieu

Au début de l’automne, et surtout au début de l’hiver, des pépins physiques sont venus parasiter la saison de Geoffrey Kondogbia. En l’espace de deux mois, de fin novembre à fin janvier, l’ancien international français (5 sélections entre 2013 et 2015, avant qu’il n’opte définitivement pour la sélection de République centrafricaine) n’a ainsi joué que deux bouts de matches de Liga et un match de Coupe du Roi, le temps de régler ses problèmes musculaires.

Pour son retour dans le onze de départ du FC Valence en championnat, le 25 janvier, le milieu de terrain a fait fort. Il a disputé l’intégralité du match gagné par les Murcielagos contre le FC Barcelone (2-0). Cela faisait 13 ans que Valence n’avait plus battu les Blaugrana dans son antre de Mestalla en Liga. Pendant 90 minutes, Geoffrey Kondogbia a muselé l’attaque catalane, Lionel Messi en tête.

C’est simple : il a récupéré 11 ballons face au Barça, record du match, et il a réussi 32 passes. Son entraîneur, Albert Celades, a salué cette grosse performance : « Kondogbia est un joueur de très haut niveau. » Son prédécesseur au poste de coach, Marcelino, s’était montré encore plus élogieux il y a deux ans en disant du natif de Nemours en région parisienne qu’il était « meilleur que Paul Pogba ».

Et les socios de Valence ? Depuis que l'ex-Monégasque est arrivé, à l'été 2017, ils le surnomment « El Pulpo », ce qui signifie « La Pieuvre », pour son abattage et sa capacité à récupérer les ballons. Les récentes sorties du Centrafricain plaident en sa faveur; contre l’Atlético, Geoffrey Kondogbia a fait encore plus fort que face au Barça avec 12 récupérations et 65 passes.

Relancé, ambitieux et tout simplement heureux

Les excellentes performances du milieu de terrain et son rétablissement tombent à pic pour le FC Valence, qui a rendez-vous avec l'Atalanta Bergame en Italie mercredi 19 février. Les supporters de Valence entretiennent une histoire contrariée avec la Ligue des champions ces dernières années. Leur club n'a plus passé les huitièmes de finale depuis 2007. A Valence, on compte sur Geoffrey Kondogbia pour aider à éliminer cette surprenante équipe de l'Atalanta. Petit plus pour l'ex-Bleu : le match aura lieu dans un stade qu'il connaît bien.

Le stade de l'Atalanta, le stadio Atleti Azzurri d'Italia, n'étant pas homologué pour la Ligue des champions, les Bergamasques doivent jouer leurs matches européens « à domicile » au stade Giuseppe-Meazza, que se partagent l'AC Milan et le précédent club de Kondogbia, l'Inter Milan. Après Lens, Séville et Monaco, le milieu de terrain a tenté l'expérience nerazzurri de 2015 à 2017. Ce ne fut pas une grande réussite. C'est même à cette époque que Geoffrey Kondogbia a quelque peu quitté les radars et vu le train de l'équipe de France continuer sa route sans lui. Son salut est passé par un départ en prêt et un retour en Liga, au FC Valence, qui a pris le pari de le relancer.

En Espagne, dans le championnat où il s'était révélé quelques années plus tôt avec le FC Séville (2012-2013), « El Pulpo » a repris pied et est devenu un maillon fort de son équipe, où il dispute sa troisième saison. C'est une stabilité en forme de record pour lui, qui n'avait jamais joué plus de deux saisons consécutives dans un même club. En 2018, les dirigeants de Valence ont transformé son prêt en achat définitif, assorti d'une clause libératoire de 80 millions d'euros.

En octobre dernier, Geoffrey Kondogbia se confiait sur le site du FC Valence : « Je me sens vraiment bien ici, sur et en dehors du terrain. La ville est géniale, les gens encore plus. Quand je suis dans la rue, ils me transmettent de l'affection, ça n'a pas de prix. (...) J'ai 26 ans (27 ans depuis peu, ndlr) et j'ai joué dans plusieurs équipes. Si c'est ma troisième saison ici, c'est que ça compte. C'est parce que je me sens vraiment bien ici. » Heureux à Valence, ravi de représenter la Centrafrique, Geoffrey Kondogbia savoure sa « dulce vida » (douce vie).

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.