Accéder au contenu principal
Côte d'Ivoire / Listes électorales

Le contentieux démarre ce mardi

La commission électorale indépendante a publié sur son site internet la liste des électeurs pour les prochaines élections.
La commission électorale indépendante a publié sur son site internet la liste des électeurs pour les prochaines élections. AFP / Sia Kambou

La période de contentieux électoral débute ce mardi 24 novembre. Durant cette période légale, de 38 jours, les Ivoiriens vont pouvoir faire des réclamations ou contester le contenu de la liste électorale provisoire. Au terme de ce délai la liste définitive des électeurs ivoiriens sera établie. Ce ne sera pas avant le début 2010.

Publicité

La CEI, la Commission électorale indépendante, s’apprête à relever un défit de taille. Son porte-parole adjoint, Bamba Yacouba, le dit sur RFI : le top départ de la période de contentieux de la liste électorale provisoire sera donné demain mardi.

Nous avons affiché hier les listes électorales provisoires dans certaines régions... et le contentieux va donc commencer demain mardi...

Bamba Yacouba, porte-parole adjoint de la CEI

L’affichage de sa version papier a débuté dimanche dans plusieurs villes et régions de Côte d’Ivoire, dont l’agglomération d’Abidjan, et devrait s’achever lundi soir dans les 10 816 lieux d’affichage du pays.

Trente jours durant, de 8h00 à 15h00, les 415 commissions électorales locales recevront réclamations et contestations avant de les examiner de 15h00 à 18h00. Ce contentieux sera alors affiché pendant cinq jours afin que tout un chacun puisse en prendre connaissance. Après quoi, les commissions locales devront trancher dans les cinq jours suivants.

Les plaideurs qui ne seront pas d’accord avec les décisions de la CEI pourront aller en justice et les tribunaux auront alors huit jours pour statuer. Trente-huit jours à partir du mardi 24 novembre, cela mène au 31 décembre 2009, en travaillant sept jours sur sept, y compris le jour de Noël. Affiner en si peu de temps une liste de 6,3 millions de noms, dont 1 033 000 cas litigieux, c’est un pari audacieux que doit tenir la Commission électorale indépendante.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.