Accéder au contenu principal
Cinéma

Benda Bilili ! chante un cinéma fusionnel et inventif

Benda Bilili ! Un film de de Renaud Barret et Florent de la Tullaye
Benda Bilili ! Un film de de Renaud Barret et Florent de la Tullaye ©Le film Benda Bilili

Un coup de foudre musical qui s’est transformé en film. Benda Bilili raconte le rêve de Ricky : faire des musiciens paraplégiques le meilleur orchestre du Congo Kinshasa. Pour son ouverture, La Quinzaine des réalisateurs a fait vibrer la croisette au son de la musique énergique de Staff Benda Bilili.

Publicité

Le point de vue de Catherine Ruelle sur Benda Bilili !

Les malheurs et la grandeur de Kinshasa

Le documentaire raconte l’ascension du groupe vue de l’intérieur. Des musiciens, pour la plupart rendus paraplégiques par la poliomyélite, qui dormaient sur des cartons et qui sont aujourd’hui célébrés dans le monde entier. « Quand on a rencontré les Benda Bilili en 2004, on les a rencontré un soir par hasard » racontent les réalisateurs Renaud Barret et Florent de La Tullaye dans l’émission Culture Vive sur RFI. On leur a tout de suite proposé de les filmer, parce qu’on était en train de faire un film sur les musiciens de Kinshasa. Ca a commencé comme ça. » Une aventure qui a exigé six ans de travail ! Résultat : Les huit musiciens congolais ont permis aux deux réalisateurs français à découvrir les malheurs et la grandeur de Kinshasa : les enfants qui dorment dans la rue et la culture urbaine africaine.

Le staff Benda Bilili
Le staff Benda Bilili

500 heures de rushes pour un film en or

Pourquoi le nouveau délégué général de la « Quinzaine des réalisateurs », Frédéric Boyer, a choisi Benda Bilili ! comme film d’ouverture

Les deux réalisateurs sont devenus « par hasard » les producteurs de Benda Bilili. A l’origine, Florent de La Tullay est photographe, Renaud Barret a longtemps travaillé comme graphiste. Après avoir réalisé ensemble des documentaires sur l’Afrique, ils découvrent l’histoire de ce groupe pas comme les autres. D’abord, leur objectif s’est limité à leur faire enregistrer un disque. Mais l’enregistrement finit en catastrophe, le centre pour handicapé qui héberge les musiciens, est détruit par un incendie, les musiciens se retrouvent à la rue. Heureusement, en parallèle, les réalisateurs avaient aussi filmé le quotidien des musiciens. Après deux ans seulement ils se rendent compte que les 500 heures de rushes représentent un film en or : Benda Bilili ! (en français Au-delà des apparences).

A Cannes il y a des beaux matelas

Les deux réalisateurs Renaud Barret et Florent de La Tullaye du film Benda Bilili !

Quand l’album Très très fort sort en mars 2009, c’est la consécration et des tournées en Europe, en Chine et en Japon qui s’enchaînent. Avec leur présence à Cannes, un autre rêve devient réalité : « Ils chantent : on dort sur des cartons, mais un jour on se paiera un matelas de luxe, se souvient Renaud Barret. Je pense, qu’à Cannes, il y a des beaux matelas. »

 

 

 

 

Revivez le festival au jour le jour avec notre dossier spécial

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.