Accéder au contenu principal
Somalie/France

Des nouvelles de l'agent de la DGSE retenu en otage en Somalie

L'otage français et agent de la DGSE Dennis Allex est retenu depuis 11 mois par un groupe islamiste en Somalie.
L'otage français et agent de la DGSE Dennis Allex est retenu depuis 11 mois par un groupe islamiste en Somalie. Site Intelligence Group/Reuters

Pour la première fois depuis son enlèvement le 14 juillet dernier à Mogadiscio, on dispose de nouvelles de l'agent de la DGSE retenu en otage en Somalie. Ses ravisseurs, les shebabs, ont mis en ligne une vidéo qui a été diffusée mercredi 8 juin 2010. Denis Allex, ce serait son nom, avait été enlevé avec un autre agent français, Marc Aubrière. Ce dernier avait affirmé à RFI qu'il s'était libéré par ses propres moyens en août alors que ses ravisseurs du Hezb al Islam assurent qu'ils ont perçu une rançon.

Publicité

Dans cette vidéo de cinq minutes diffusée sur internet, Denis Allex apparait le visage émacié, barbu, les cheveux longs et vêtu d'une tenue orange rappelant celle des prisonniers de Guantanamo. Sous la contrainte de quatre hommes armés et cagoulés, l'agent des services de renseignement lit un texte adressé au peuple et non au gouvernement français qui selon les shebabs est resté sourd à leurs revendications.

Coupé par la lecture d'une sourate du coran, cet appel à l'aide égraine les volontés du mouvement islamiste. Par la voix de leur prisonnier, les ravisseurs exigent que Paris cesse immédiatement tout support politique ou militaire aux autorités de Mogadiscio. Ils réclament aussi le retrait de toutes les forces étrangères présentes sur le sol somalien et autour de ses côtes.

Enfin, les shebabs conditionnent la libération de Denis Allex à celle de combattants dont les noms seront communiqués plus tard. Manifestement bien au courant de l'actualité politique française, les combattants islamistes font référence à la défaite de l'UMP lors des dernières élections régionales et à un sondage de l'institut Ipsos défavorable au président Nicolas Sarkozy. Une référence qui permet de déterminer que la vidéo a été tournée après le 21 mars.

Pour accentuer encore la pression, Denis Allex assure qu'il n'est pas physiquement maltraité par ses ravisseurs mais qu'il sent que leur patience est à bout.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.