Accéder au contenu principal
Côte d'Ivoire

Peu d’affluence pour la révision des listes électorales en Côte d’Ivoire

Un homme consulte les nouvelles listes électorales établies par la CEI (Commission électorale indépendante), le 20 juillet 2010.
Un homme consulte les nouvelles listes électorales établies par la CEI (Commission électorale indépendante), le 20 juillet 2010. FP / SIA KAMBOU

L'examen des contentieux sur les listes électorales initié le 21 juillet 2010 n'a pas entraîné, jusqu’à présent, de grande affluence. La procédure permet à chacun de demander une radiation des listes électorales provisoires, une correction de son état civil ou faire part d'un oubli.

Publicité

L'étude des contentieux autour de la liste électorale provisoire se poursuit. La mouvance présidentielle avait annoncé qu'elle entendait demander des dizaines de milliers de radiations, estimant que cette « liste blanche » était « remplie de fraudeurs ». Mais pour l'instant, peu de contentieux ont été enregistrés. Sur le district d'Abidjan par exemple, la Commission électorale indépendante (CEI) estime que seules environ 7 000 personnes se sont déplacées jusqu'à présent dans ses locaux.

Parmi les quelque 5,7 millions d’inscrits sur la nouvelle liste provisoire, les cas litigieux doivent se manifester. Dans un quartier populaire d’Abidjan, Dramane Camara, vice-président du bureau de la CEI d’Abobo-1, déplore une faible fréquentation : « L’affluence n’est pas comme nous l’avons souhaitée. Certains pétitionnaires ne seraient pas informés ».

L’affichage et les réclamations n’ont pas lieu sur les mêmes sites. Ainsi, lorsque Djanhan vient pour sa sœur et lui-même, il apprend que leurs dossiers ne sont pas traités au même endroit, un casse-tête après avoir rempli deux fois le même formulaire pour un membre de sa famille : « Il y a différents bureaux. Le premier c’est ici, je l’ai retrouvé, et le deuxième est à la Plaque (un quartier éloigné) ».

La reprise du traitement des réclamations sur le fichier électoral bat son plein. Objectif : parvenir à une liste définitive. Dramane Camara revient sur les erreurs qui compliquent le processus : « Une lettre qui manque, ou bien une lettre qui est mal écrite, il y a une date de naissance... Il y a aussi, souvent, l’inversion des photos qu’on appelle les doublons. Vous, vous venez, vous vous appelez M. Mamadou. Sur la photo de M. Kouamé, on voit votre photo ».

La Commission électorale indépendante a fixé un délai de dix jours pour déposer les réclamations sur la nouvelle liste provisoire. Mais un certain flou règne sur les délais de la fin de ces opérations. Les dates des élections en Côte d'Ivoire n'ont pas encore été établies.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.