Accéder au contenu principal
Rwanda / Election présidentielle

Les partisans de Paul Kagame fêtent déjà la victoire de leur candidat

Les partisans de Kagame brandissant une affiche du président réélu.
Les partisans de Kagame brandissant une affiche du président réélu. Photo: Finbarr O'Reilly/Reuters

Les résultats sont encore partiels au Rwanda, mais la victoire est déjà assurée pour Paul Kagame. D'après les résultats de onze des trente circonscriptions du pays, le président sortant récolterait 93% des voix. Les partisans du chef de l'Etat n'ont pas attendu le score définitif pour fêter leur victoire. Dès le soir du 9 août 2010, des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées dans le stade de Kigali. 

Publicité

Des dizaines de milliers de personnes remplissent le stade Amahoro depuis de longues heures. Des chanteurs puis des DJ se succèdent sur la scène. La tribune est remplie par des membres du gouvernement. Tout le monde dans le public attend l’arrivée de Paul Kagame. « Je suis content ce soir, parce que nous avons organisé de très bonnes élections »,lance un partisan ravi. « C’était bien, cela s’est très bien déroulé, à 100%... Ce que je ressens ? Eh bien, c’est que je suis vraiment très contente », déclare cette autre partisane de Paul Kagame.

C’est sur ce même registre de satisfaction que s’exprime un dernier témoin « Cela s’est très bien déroulé. La population était très nombreuse ». Sa femme arrive avec ses quatre enfants. La foule se met à hurler lorsque c’est lui qui apparaît.

Les célébrations ont duré toute la nuit au stade qui n’a pas désempli, alors qu’un écran géant affichait les résultats au fur et à mesure de leur dépouillement.

Un scrutin salué par les observateurs internationaux

Sans grandes surprises, le scrutin présidentiel a surtout mobilisé les électeurs tôt dans la matinée jusqu'à la mi-journée, et le dépouillement a pu commencer à 15 heures (13H TU) dans la plupart des bureaux de vote. Vers 16 heures (14H TU), les partisans du FPR, le Front patriotique rwandais, commençaient déjà à se rassembler au stade Amahoro de Kigali qui vers 21 heures (19H TU), était plein à craquer.

Face au président sortant qui a mobilisé des dizaines de milliers de personnes dans ses meetings durant la campagne, les autres candidats ne faisaient guère le poids. Tous les trois sont d’anciens alliés, qui avaient soutenu Paul Kagame lors du scrutin de 2003.

Plusieurs mission d’observations, celle de l’Union africaine, ou encore, celle de la Conférence internationale des grands lacs, ont salué un scrutin pacifique et un processus transparent. Cependant, trois autres partis d’opposition, qui n’avaient pas pu s’enregistrer officiellement et qui n'ont donc pas pu présenter de candidats, ont dénoncé une mascarade électorale.
 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.