Accéder au contenu principal
Tunisie / Libye

Tunisie : heurts entre police et habitants près de la frontière libyenne

Carte de la Tunisie, Ben Guerdane
Carte de la Tunisie, Ben Guerdane RFI

De violents affrontements entre Tunisiens et forces de l'ordre ont fait des blessés dans la région de Ben Guerdane la semaine dernière à une trentaine de kilomètres de la frontière libyenne, après la fermeture du point de passage entre les deux pays. D'après plusieurs témoins, les autorités tunisiennes ont envoyé des renforts. Cette fermeture imposée par les autorités libyennes, a provoqué la colère d'habitants déjà mécontents d'une taxe de 150 dinars (80 euros) instaurée il y a quelques mois par la Libye pour le passage de chaque voiture.

Publicité

Si rien est fait, nous serons obligés de faire de la contrebande explique un commerçant de Ben Guerdane. La fermeture du poste de Ras-el-Jdir au transit de marchandises constitue un coup dur pour la région. Il y a quelques mois, la Libye avait instauré une taxe d’environ 80 euros pour chaque voiture souhaitant passer la frontière.

Mais cette fois, la Libye est allée plus loin. Or, selon les chiffres officiels : 18 000 personnes, 7 000 voitures et 400 camions passeraient quotidiennement par Ras-el-Jdir, et désormais tout le commerce informel d’habitude toléré, se trouve paralysé.

Pour Rachid, journaliste tunisien : « Il y a plus d’un million de Tunisiens qui vivent du commerce parallèle avec la Libye. Dans toutes les villes du sud tunisien, les gens recourent à ce commerce parallèle car ça coûte dix fois moins cher parfois, étant donné que l’origine de ces marchandises est une origine asiatique. Ces marchandises de contrefaçon ont donc des prix plus bas que ceux pratiqués dans les villes du nord de la Tunisie. Et dont les marchandises sont généralement d’origine européenne. »

Les habitants de la région sont dans l’attente. Le commerce informel est souvent la seule solution pour gagner sa vie dans cette région considérée comme déshéritée.« Ici, il n’y a rien, aucun projet. Les jeunes n’ont plus de travail, et si ça continue, la situation va devenir explosive », indique un habitant.
 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.