Accéder au contenu principal
Sénégal / Iran

Le Sénégal autorise le retour de son ambassadeur en Iran

La presse sénégalaise se demande si l’annonce du ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi d’investissements à hauteur de 200 millions de dollars, ne serait pas à l’origine du début de réchauffement entre l’Iran et le Sénégal.
La presse sénégalaise se demande si l’annonce du ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi d’investissements à hauteur de 200 millions de dollars, ne serait pas à l’origine du début de réchauffement entre l’Iran et le Sénégal. AFP/Atta Kenare

Le Sénégal a décidé d’autoriser le retour en Iran de son ambassadeur. L’annonce en a été faite officiellement lors du Conseil des ministres jeudi 20 janvier. La décision, selon le communiqué du Conseil, a été prise après une médiation du président turque et la visite mercredi à Dakar du ministre par intérim des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi. Les relations entre Dakar et Téhéran s’étaient brutalement dégradées suite à la saisie au Nigeria d’armes en provenance d’Iran et à destination de la Gambie « Nous exigeons d’avoir des explications plausibles », avait alors déclaré à RFI le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Madické Niang. Et aujourd’hui les Sénégalais se demandent : pourquoi les autorités ont-elles finalement décidé de jouer la carte de l’apaisement ?

Publicité

Depuis ce vendredi matin 21 janvier, la presse sénégalaise s’interroge : est-ce l’annonce par le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi d’investissements à hauteur de 200 millions de dollars qui est à l’origine de ce début de réchauffement entre l’Iran et le Sénégal ? Comment cet argent va-t-il être utilisé ?

Selon une source diplomatique sénégalaise jointe par RFI, cette annonce iranienne n’est que la réactivation d’un engagement pris les 19 et 20 juin dernier, lors de la 4e session de la commission mixte entre le Sénégal et l’Iran. Il avait alors été question de la mise en place « dans les meilleurs délais » d’une société conjointe d’investissement. « La déclaration du ministre répond à l’un des reproches que nous faisions aux iraniens, dit cette source, beaucoup de choses promises, peu qui soient réalisées ».

Le projet, poursuit notre interlocuteur, prévoit 180 millions de dollars de lignes de crédit « normales » et 20 millions de crédit « concessionnel », des crédits à des conditions préférentielles.

Selon cette source, le ministre iranien est surtout venu à Dakar avec des éléments précis concernant les armes destinées à la Gambie. « La séance d’explication a eu lieu, indique cet officiel. Militaires sénégalais et iraniens ont même pu aller dans des détails techniques. »

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.