Accéder au contenu principal
Egypte / Iran

L'Egypte autorise deux navires de guerre iraniens à franchir le canal de Suez

Le Canal de Suez.
Le Canal de Suez. AFP

Téhéran a assuré que les deux bâtiments de guerre ne transportent pas de matériel militaire, ni de composants chimiques ou nucléaires. Aucun navire de guerre iranien n'a franchi le canal de Suez depuis la révolution islamique de 1979. Les navires se dirigeraient vers la Syrie.

Publicité

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

C’est le ministère égyptien de la Défense qui a donné son accord pour le passage par le canal de Suez aux deux navires iraniens. Il s’agit de la Frégate Sabalan porteuse de quatre missiles mer-mer et du navire de ravitaillement Kharq. Le feu-vert est venu après que les autorités se soient assurées que les deux bâtiments ne représentaient aucun danger nucléaire, chimique ou bactériologique. C’étaient les seules conditions qui auraient permis l’interdiction du passage d’un navire par le canal de Suez vu que l’Egypte n’est pas en guerre contre l’Iran.

En prenant cette décision, le comité suprême des forces armées qui dirige le pays semble vouloir marquer une prise de distance à l’égard d’Israël. C’est aussi une marque d’indépendance à l’égard du grand allié américain qui, même s’il ne l’a pas exprimé, n’apprécie pas la présence de navires de guerre iraniens en Méditerranée.

Une attitude qui ne peut que plaire aux révolutionnaires égyptiens qui reprochaient notamment au régime de l’ancien président Moubarak son inaction face à Israël et son assujettissement aux Américains. Cette décision marque-t-elle enfin un changement d’attitude à l’égard de l’Iran considéré jusque-là comme une menace ? Cela reste à voir.
 


Israël parle d’« une provocation »

Avec notre correspondant à Jérusalem, Nicolas Falez

Selon les autorités égyptiennes, la demande de passage déposée par l’Iran stipule que les deux bateaux ne transportent ni arme, ni matériaux nucléaires ou chimique. Cela dit l’inquiétude des dirigeants israéliens ne porte pas sur la dangerosité des deux navires ni de leur cargaison. C’est le symbole qui irrite l’Etat hébreu. Et quel symbole : la République islamique, envoie pour la première fois ses bateaux de guerre en Méditerranée. Et l’Egypte de l’après-Moubarak les autorise à traverser le Canal de Suez.

Cela fait plusieurs années qu’Israël considère l’Iran comme son principal ennemi pour cause de programme nucléaire suspect et parce que la République islamique soutient le Hezbollah libanais et le Hamas palestinien.

Plus récemment, l’Etat hébreu a frémi en assistant au soulèvement égyptien redoutant l’avènement au Caire d’un nouveau pouvoir qui remettrait en question la coopération entre les deux pays, unis par un traité de paix.

Sur fond de bouleversements dans la région, la minuscule armada iranienne donne des sueurs froides à Israël et c’est probablement ce que recherche Téhéran…

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.