Accéder au contenu principal
RDC

RDC : reconstitution du meurtre de Floribert Chebeya

Floribert Chebeya
Floribert Chebeya AFP

Dans le cadre du procès des assassins présumés du militant congolais des droits de l'homme Floribert Chebeya, la Cour militaire de Kinshasa, chargée de juger les policiers mis en cause, s'est déplacée ce jeudi 24 février 2011 sur les lieux supposés du crime. A savoir l'inspection général de la police, dont le chef adjoint, le colonel Daniel Mukalay, est sur le banc des accusés, pour y entendre un témoin Camerounais, Gomer Martel, qui a montré précisemment où il avait croisé dans un couloir Floribert Chebeya.

Publicité

Costume bleu ciel, Gomer Martel marche d’un pas ferme. A sa suite, la cour, des avocats, les journalistes. Il évite l’entrée principale du bâtiment central, face à la porte d’à côté, s’engage dans un couloir, franchit une grille, avant de s’arrêter net devant les escaliers qui conduisent à l’étage. Et lâche :

« Chebeya était ici en compagnie de quelqu’un que je ne connais pas ».

Le colonel Mukalay, principal suspect dans l’affaire, rétorque : « Monsieur le président, cet homme est un menteur ! ».

Gomer persiste et signe, il n’est arrivé ici qu’une fois, en état d’arrestation, le 1er juin 2010, le jour-même où l’ancien directeur exécutif de la Voix des Sans Voix, était censé avoir rendez-vous à l’inspection générale de la police. Les déclarations du renseignant semblent constantes.

La cour a ensuite traversé toute la partie ouest de la capitale, se rendant à l’endroit où le corps de Chebeya avait été retrouvé au matin du 2 juin. Des gens avaient vu un policier abandonner un véhicule civil et prendre place à bord d'une jeep de la police.
 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.