Accéder au contenu principal
Bénin

Au Bénin, contestations autour de la victoire proclamée de Boni Yayi

Le président du Bénin Thomas Yayi Boni le 11 septembre 2009 à Tunis.
Le président du Bénin Thomas Yayi Boni le 11 septembre 2009 à Tunis. AFP / Fethi Belaid

Au Bénin, le chef de l'Etat sortant Boni Yayi serait réélu dès le 1er tour, selon le président de la Commission électorale qui a donné le 18 mars des résultats partiels et provisoires. L'ancien banquier aurait obtenu 53% des voix, loin devant son opposant Adrien Houngbedji, 35%, qui conteste cette victoire. Certains opposants membres de la Commission nationale électorale ont tenté d'empêcher physiquement le président de l'instance électorale de présenter ces résultats qui doivent maintenant être validés par la Cour constitutionnelle.

Publicité

Un accouchement plutôt difficile pour le président de la Céna, Commission électorale nationale autonome. Dans la cour, plus d’une centaine de journalistes attendent sa déclaration. Sans mot dire, il se dirige vers la salle de presse. Soudain, des éclats de voix, un déferlement de forces de l’ordre, des bruits de gâchette. Panique dans la cour, le président est ramené à son bureau. Et pour cause, quelques membres s’opposent à sa déclaration.

Jérôme Alladayè, vice-président de la Céna : « Le vice-président que je suis, responsable de la conduite du processus électoral, en particulier le dépouillement et le traitement informatique et statistique, je n’ai absolument aucun chiffre encore. Nous avons retenu en plénière ce matin que, lorsqu’on aura des résultats, nous nous réunissons pour aviser. La plénière est souveraine. Cette décision s’impose à tous, même au président ».

Quelques minutes plus tard, une vingtaine de journalistes, triés sur le volet, sont invités à rejoindre le président pour recueillir sa déclaration dont cet exrait :  « La Commission électorale nationale autonome, conformément à la jurisprudence de la Cour constitutionnelle, a l’honneur de vous livrer les indications : Houngbédji Adrien 35,658 % ; Yayi Boni 53,176 % ».

Selon le président de la Commission électorale, le dépouillement se poursuit.

Notre peuple ne renoncera pas à ce qu'il a acquis eu prix de luttes héroïques, pour retomber dans la servitude des trafiquants d'élection et d'un despote.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.