Accéder au contenu principal
Mali

La France rejette la demande de rançon d'Aqmi‎

Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé à Bruxelles, le 21 mars 2011.
Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé à Bruxelles, le 21 mars 2011. AFP photo/John Thys

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) demande 90 millions d'euros pour relâcher les quatre Français capturés au Niger en septembre dernier et retenus en otage. Le chef de la diplomatie française Alain Juppé a rejeté ce lundi 21 mars 2011 la demande de rançon. « Nous ne négocions pas sur ces bases », a-t-il déclaré à la presse, en marge d'une réunion avec ses homologues européens à Bruxelles.

Publicité

Pour libérer les quatre otages français, toujours entre leurs mains, les combattants d’al-Qaïda au Maghreb islamique, ont au moins deux exigences. Un minimum de 90 millions d’euros (59 milliards de francs CFA) à leur verser. En plus de cette somme, Aqmi réclame la libération de plusieurs de ses éléments, détenus en France et dans des pays du Sahel.

Sur le premier volet de la demande, Paris a tout de suite réagi, en rejetant la demande de rançon. « Nous ne négocions pas sur ces bases », a déclaré à la presse le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé.

Contradictions au sein des ravisseurs

Mais il y a ce qui se fait officiellement, et ce qui se fait officieusement. Dans le cas du premier groupe des trois otages libérés récemment, d’après nos informations, une importante rançon a bien été versée.

Maintenant, pour le reste des otages toujours aux mains des ravisseurs, de source proche de la médiation composée de Maliens et de Nigériens, on s’attend à de longues et difficiles négociations.

Mais il y a de l’espoir, analyse un médiateur. Les otages constituent désormais un poids entre les mains des ravisseurs. Il faut les nourrir, les déplacer. Et enfin des contradictions peuvent surgir au sein des katibas, c’est à dire des brigades des combattants islamistes.
 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.