Accéder au contenu principal
Sénégal / Elections

Au Sénégal, dernière semaine d'inscription sur les listes électorales

Au Sénégal, des opposants à une troisième candidature d'Abdoulaye Wade, le 23 juillet 2011.
Au Sénégal, des opposants à une troisième candidature d'Abdoulaye Wade, le 23 juillet 2011. AFP/Moussa Sow

Dernière ligne droite au Sénégal : les Sénégalais ont jusqu’à dimanche 31 juillet 2011 pour s’inscrire sur les listes électorales afin de voter à l’élection de février 2012. Quelques jours avant cette date limite, les Dakarois ont pris d’assaut les centres socio-culturels de la capitale, notamment dans les quartiers populaires de Fass et de la Médina.

Publicité

Dès 8h, le centre socio-culturel de Fass est envahi par une foule de personnes. A l’entrée, il n’y a ni affiche, ni pancarte. Et pourtant, plusieurs dizaines de jeunes viennent s’inscrire sur les listes électorales. Ousmane Diagne est fier d’accomplir son devoir de citoyen. « Je suis là pour apporter du changement dans mon pays, parce qu’il y a beaucoup de choses qui ne vont pas pour nous les jeunes », explique ce jeune de 20 ans qui vote pour la première fois.

L’inscription sur les listes électorales a débuté le 2 janvier. Pour s’inscrire, il suffit de présenter une pièce d’identité. C’est une démarche simple. Reste maintenant à braver une longue file d’attente. « J’ai constaté que c’est lent, je suis ici depuis huit heures, et ça n’avance pas », affirme Bineta Baldé, 22 ans.

Sur la table de Sérigne Diagne, le directeur de la commission d’inscription Fass/Colobane/Gueule Tapée, s’entasse une pile de pièces d’identité qu’il doit reporter sur un grand carnet. Ici, tout se fait à la main. Et depuis une semaine, ce responsable n’a pas le temps de souffler. « Ces dernières semaines, on reçoit 20 à 30 personnes par jour, ils ont voulu attendre le dernier moment pour faire la queue. C’est une habitude des Sénégalais, raconte ce retraité. Au début, ils ne venaient pas ; on ne recevait que deux ou trois personnes par jour ».

Il a fallu du temps avant que les Sénégalais ne se ruent vers les centres d’inscription. Cet éveil de dernière minute est peut-être le résultat d’une campagne de communication menée ces dernières semaines par la société civile et le gouvernement dans la presse locale.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.