Accéder au contenu principal
Libye / Insurgés

Le porte-parole de Mouammar Kadhafi aurait été arrêté par les forces du CNT

Porte de Khamseen, à 50 km à l'est de Syrte, le 29 septembre 2011. Les habitants de Syrte ont trouvé un refuge temporaire.
Porte de Khamseen, à 50 km à l'est de Syrte, le 29 septembre 2011. Les habitants de Syrte ont trouvé un refuge temporaire. © Reuters/Esam Al-Fetori

Moussa Ibrahim, porte-parole du régime de Mouammar Kadhafi, aurait été capturé le jeudi 29 septembre 2011 alors qu'il tentait de fuir la ville de Syrte en profitant de la confusion, créée par le flot de réfugiés. C'est ce qu'affirment des commandants du Conseil national de transition en Libye. Les forces du CNT encerclent aujourd'hui la ville.

Publicité

Le porte-parole de Mouammar Kadhafi aurait tenté de s'échapper en se glissant au milieu du flot de réfugiés, sortant de Syrte. Les combattants de Misrata en charge du front ouest l'auraient intercepté à bord d'un véhicule. Les soldats pro-CNT procèdent à des fouilles minutieuses de toutes les voitures et affirment ainsi arrêter une dizaine de loyalistes chaque jour.

Le nombre de réfugiés fuyant la ville de Syrte se chiffre par centaines depuis le début de la semaine. Pourtant, quitter Syrte reste périlleux. Des tireurs isolés kadhafistes tireraient sur les voitures des civils dans les artères principales de la ville, obligeant les réfugiés à emprunter des chemins de traverse.

Notre dossier spécial

Alors que la situation humanitaire semble se dégrader, l'avancée militaire des forces du Conseil national de transition est au point mort. Pour le cinquième jour consécutif, les troupes sont restées postées à l'extérieur de Syrte. Toutefois, elles encerclent complètement la ville. Les combattants des fronts est et ouest ont fait leur jonction ce mercredi par le sud.

Les responsables militaires locaux disent vouloir attendre que Syrte se vide de sa population civile avant de lancer l'offensive finale. Par ailleurs, le nouveau pouvoir libyen a demandé à l'ONU de lui livrer du carburant pour permettre aux ambulances d'évacuer les blessés de Syrte.

Les Nations unies acheminent de l'eau potable pour les déplacés qui campent sur les routes menant à Benghazi à l'est ou à Misrata à l'ouest, mais l'insécurité des régions de Syrte et Benghazi empêchent l'organisation d'y circuler.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.