Accéder au contenu principal
Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire : réactions contrastées à l’incarcération de Laurent Gbagbo

Un vendeur de journaux dans le quartier d'Abobo, à Abidjan, après l'incarcération de Laurent Gbagbo.
Un vendeur de journaux dans le quartier d'Abobo, à Abidjan, après l'incarcération de Laurent Gbagbo. AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO

Le transfèrement et l’incarcération de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo au quartier pénitentiaire de la Cour pénale internationale de La Haye a été diversement commentée à Abidjan, ce jeudi 1er décembre 2011. Même si beaucoup voudraient tourner la page, le processus judiciaire risque de durer.

Publicité

Il est aux mains de la justice internationale. Nous avons préféré cela, nous l'avons dit dès le départ

La presse ivoirienne est revenue ce jeudi sur le transfèrement et l’incarcération de Laurent Gbagbo à La Haye. Le quotidien gouvernemental Fraternité Matin reprend en titre les propos tenus par le Premier ministre, hier au Conseil des ministres : « Gbagbo à la CPI, c’est le prix du manque d’humilité et de repentance du FPI, le parti de Laurent Gbagbo », a dit Guillaume Soro.

Dans L’Intelligent d’Abidjan, on revient aussi sur les propos de Guillaume Soro. Selon ce quotidien, il jette le doute sur la démarche du procureur de la CPI. Le journal évoque aussi les fortes pressions des ONG pour l’inculpation des pro-Ouattara.

« Ne pleurez pas, soyez forts », titre de son côté Notre voie, le quotidien pro-Gbagbo, qui attribue ces propos à l’ex-président, qui vient de passer sa première nuit au quartier pénitentiaire de la CPI à La Haye. « Gbagbo jugé dans quatre ans », c’est le titre du quotidien Nord-Sud, qui fait référence à une source judiciaire.

Du côté de la présence internationale, Albert Gerard Koenders a déclaré hier que l’opération des Nations unies en Côte d’ivoire n’est pas impliquée dans la décision de transfèrement de Laurent Gbagbo à la CPI. Le patron de l’Onuci s’exprimait après une rencontre avec le Premier ministre ivoirien Guillaume Soro. L’envoyé spécial du secrétaire général de l’Onu demande à toutes les parties de tourner la page dans le pays.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.