Accéder au contenu principal
Mali / France

L’armée malienne en manoeuvres, mais nie toute opération militaire contre Aqmi

Vue aérienne de la ville de Tombouctou au Mali.
Vue aérienne de la ville de Tombouctou au Mali. (Photo : Alida Jay Boye. <a href="http://www.sum.uio.no/research/mali/timbuktu/project/" target="_blank">Timbuktu Manuscripts Project</a>. Université d'Oslo)

La branche nord-africaine d’al-Qaïda menace d’exécuter ses otages européens si jamais la France et ses alliés décidaient d’attaquer ses bases au Mali. Al-Qaïda détiendrait neuf otages occidentaux dont six Français, tous enlevés au Mali et au Niger depuis septembre 2010. La mise en garde d’Aqmi (al-Qaïda au Maghreb islamique) à la France est claire : elle ne doit pas soutenir une opération militaire qualifiée d’imminente.

Publicité

Deux avions de combat militaires positionnés sur le tarmac de l’aéroport de Gao, deux autres petits avions de surveillance positionnés à Tombouctou, et des dizaines de véhicules sur le terrain, ainsi que du matériel militaire lourd, c’est le plus important déploiement de force dans le nord du Mali de ces cinq dernières années.

L’objectif n’est pas du tout de mener une opération pour libérer les otages européens aux mains d’Aqmi, al-Qaïda au Maghreb islamique. Le Mali est plutôt un pays partisan de l’option négociation pour libérer tout otage.

L’objectif de cette opération en cours est double : assurer la sécurité des populations et de leurs biens et surtout résoudre le casse-tête des combattants touaregs revenus de Libye. Parmi ces combattants de retour, beaucoup ont rallié les forces gouvernementales. Mais un groupe teigneux semble bien décidé à croiser le fer avec les troupes maliennes. Deux colonels de l’armée régulière Aladji Gamou, et Ould Meïdou dirigent les opérations.

Selon leur entourage, ce vendredi, les troupes maliennes sont arrivées dans la localité de Tinzawaten située à la frontière avec l’Algérie. Non loin de là, un groupe armé de rebelles qui campait, aurait très rapidement abandonné ses positions, indiquent des sources militaires maliennes.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.