Accéder au contenu principal
TOGO

Visite politique pour Hillary Clinton au Togo

L'arrivée d'Hillary Clinton, la secrétaire d'Etat américaine, à Lomé au Togo, le 17 janvier 2012.
L'arrivée d'Hillary Clinton, la secrétaire d'Etat américaine, à Lomé au Togo, le 17 janvier 2012. AFP PHOTO / Pool / Larry Downing

La secrétaire d'Etat américaine a fait un bref séjour à Lomé, hier, au cours duquel elle a rencontré le président Faure Gnassingbé. Le Togo qui s'apprête à présider le Conseil de sécurité des Nations unies. Visite hautement politique pour les Togolais, avec au programme beaucoup de sujets d'actualité.

Publicité

Ce fut un séjour de moins de trois heures mais bien rempli. Pour Faure Gnassingbé et Hillary Clinton, il y avait au menu des sujets,  les défis sous-régionaux comme les trafics de drogue et des armes, les situations de conflit, les dossiers d'actualité au Conseil de sécurité de l'ONU. Sur ce dernier point, les Etats-Unis recherchent une convergence de vue avec le Togo qui doit présider le Conseil de sécurité dans les prochaines semaines. 

Selon Gilbert Fossoun Houngbo, le Premier ministre togolais, ce voyage marque la place que le Togo veut prendre dans le concert des nations : « pour nous, c'est une question de s'affirmer davantage sur la scène internationale, de pouvoir être au grand rendez-vous, où les grands débats se passent et afin de pouvoir pousser l'agenda sociaux, économiques et politques de notre propre pays, le Togo ».

Au plan bilatéral, Hillary Clinton a abordé avec le chef de l'Etat togolais la lutte contre la piraterie maritime, la formation des militaires pour le maintien de la paix dans les zones de conflits et le processus de réforme politique au Togo.

Avant leur tête-à-tête, Faure Gnassingbé a présenté à la diplomate américaine, Gilchrist Olympio, le leader des forces de changement qui contribue au processus de réconciliation et d'apaisement en cours dans le pays. Un voyage que l'Alliance nationale pour le changement n'apprécie guère.

Car, selon  un communiqué rendu public à la veille de l'arrivée de la diplomate, l'ANC estime qu'en rencontrant seul le chef de l'Etat togolais, l'administration américaine foule au pied l'aspiration profonde et légitime des populations togolaises à la démocratie.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.