Accéder au contenu principal
Afrique du Sud / mouvements sociaux

Afrique du Sud: accalmie sur le front des mines alors que s'ouvre le congrès du Cosatu

Policiers en ordre de bataille à Rustenberg. C'est la réponse du gouvernement aux marches des mineurs en grève, le 16 septembre 2012.
Policiers en ordre de bataille à Rustenberg. C'est la réponse du gouvernement aux marches des mineurs en grève, le 16 septembre 2012. REUTERS/Siphiwe Sibeko

Le défilé de centaines de grévistes dimanche 16 septembre 2012, à Rustenburg, s'est déroulé dans le calme alors que samedi, la police était intervenue sans ménagement contre un rassemblement de mineurs, faisant plusieurs blessés. C'est dans ce contexte que s'ouvre aujourd'hui le 11ème congrès national de la confédération syndicale Cosatu. C'est le président sud-africain lui-même, Jacob Zuma, qui ouvre les débats or il a été critiqué pour la répression des manifestations de mineurs, inspirées selon ses détracteurs des méthodes du régime d'apartheid.

Publicité

Le calme qui régnait dimanche 16 septembre dans le nord-ouest, producteur d’or et de platine, contrastait avec les tensions de la veille. Un fort contingent de policiers, épaulés par l’armée, avait alors utilisé des balles en caoutchouc et du gaz lacrymogène pour mettre fin à une manifestation. Par contraste, le défilé de centaines de grévistes dimanche à Rustenburg fut dispersé dans le calme, et les mineurs qui y prenaient part n’étaient pas armés des machettes et lances qui étaient monnaie courante auparavant.
C’est le résultat, sans doute, des raids menés la veille par la police dans les auberges des mineurs, en réponse à l’avertissement du ministre de la Justice qui avait prévenu ne plus tolérer le port d’armes et les manifestations illégales.

Reprise du travail à Aquarius

Pour l’instant donc, le durcissement du ton du gouvernement semble avoir porté ses fruits. La mine de platine Aquarius, quatrième producteur mondial, a annoncé reprendre ses activités ce lundi matin alors qu’elle les avait suspendues vendredi par souci de sécurité, comme deux autres mines. La crise est toutefois toujours loin d’être terminée, et les négociations salariales continuent.

C'est dans ce contexte que s'ouvre aujourd'hui le 11ème congrès national de la  Cosatu. La confédération doit-elle rester alignée sur les positions de l'ANC ? La tragédie de Marikana a montré une déconnection entre les leaders syndicaux et leur base.

Les grévistes brouillés avec l'Union des mineurs

Etre ou ne pas être alignés sur l’ANC, c’est la question -cruciale pour l’identité de Cosatu- qui devrait hanter les débats de son 11e congrès national. Car la tragédie de Marikana a mis à jour une déconnection des leaders syndicaux avec leur base. L’Union nationale des mineurs, le plus gros syndicat parmi les 21 qui forment Cosatu, s’est tellement aliéné les grévistes qu’ils ne veulent plus rien avoir à faire avec elle. Pire encore, un de ses membres a été tué la semaine dernière près de la mine.

La Cosatu aussi divisée entre pro et anti-Zuma

Pour l’aile gauche de Cosatu, cette déconnection s’explique par le fait que la politique prend une trop grande importance dans l’organisation. Obsédés par les querelles internes de l’ANC, bridés par leur alliance avec le gouvernement, les dirigeants de Cosatu en auraient oublié la protection des travailleurs.

A l’opposé, les soutiens de l’actuel secrétaire général estiment que l’influence des syndicats est mieux assurée si ceux-ci font partie de l’alliance au pouvoir. Mais de quel alignement avec l’ANC parle-t-on? Le parti au pouvoir est divisé entre les pro et les anti-Zuma, et ces divisions se reflètent dans la confédération syndicale. De fait, les questions de fond, comme la mise en place d’un salaire minimal commun à tous les secteurs, risquent de passer au second plan par rapport à ces stratégies politiques qui lassent tant la base.
 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.