Accéder au contenu principal
France / Niger / Mali

La famille de Vincent Delory, mort au Mali, redemande la levée du secret défense

Une stèle a été érigée en hommage aux deux jeunes garçons tués au Mali le 8 janvier 2011. Linselles le 8 janvier 2011.
Une stèle a été érigée en hommage aux deux jeunes garçons tués au Mali le 8 janvier 2011. Linselles le 8 janvier 2011. AFP/Denis Charlet

Plus d’un an et demi après la mort de Vincent Delory et Antoine de Léocour, au Mali, la famille Delory attend toujours de comprendre les circonstances du décès du jeune homme. Dans une lettre adressée au président français, François Hollande, la famille a redemandé la levée totale du secret défense dans ce dossier. Elle sera reçue, vendredi 21 septembre, au palais de justice de Paris par la juge antiterroriste Nathalie Poux, chargée de l’affaire. Vincent Delory avait été enlevé au Niger le 7 janvier 2011 et tué, le jour suivant, à la frontière malienne, lors d’une opération des forces spéciales françaises qui ont tenté de le libérer.

Publicité

La famille Delory veut connaître la vérité et pour cela, il faudrait que l’Etat accepte la levée totale du secret défense et que l’information judiciaire soit étendue à des faits d’homicide involontaire par le parquet de Paris. C’est ce que demande Annabelle Delory, sœur de Vincent, dans une lettre remise mercredi au président français, à l’occasion de la cérémonie d’hommage annuelle aux victimes du terrorisme.

Jointe par RFI, Annabelle Delory rappelle qu’il y a beaucoup de points qui restent sans réponse. Elle souligne surtout qu'à l'heure actuelle, le juge d’instruction est saisi des suites « d’enlèvement et séquestration en lien avec une entreprise terroriste », le mettant ainsi dans l’impossibilité de toucher aux circonstances de la mort de son frère. Pour permettre d’éclairer ces circonstances, il faudrait, précise-t-elle, que le parquet de Paris accorde au juge un supplément d’information pour « homicide involontaire » et qu’il puisse avoir accès aux documents relatifs à l’intervention.

On ne connaît toujours pas les causes exactes de son décès, mais surtout, on ne connaît pas les circonstances de son décès.

Annabelle Delory

La famille et l’avocat des Delory seront reçus, ce vendredi 21 septembre, au palais de justice de Paris par les juges antiterroristes afin de savoir où en est l’instruction. Annabelle Delory n’exclut pas la responsabilité de l’armée française. « Pour nous, compte tenu de l’ensemble des éléments que nous avons réussi à obtenir, il est de plus en plus évident qu’il y a une part de responsabilité de l’intervention militaire », a-t-elle avancé.

Lors de la cérémonie d’hommage aux victimes du terrorisme, François Hollande a promis « la vérité, notamment sur les procédures en cours » et « la transparence la plus entière ». La sœur de Vincent Delory veut croire au discours du président français. « Je veux avoir de l’espoir, je veux croire que ce ne sont pas que des mots. Mais j’attends surtout que cela se concrétise », a-t-elle ajouté sur RFI.

Catherine de Léocour, mère du deuxième otage décédé, Antoine de Léocour, a également écrit au président, regrettant, elle aussi, les limites de la saisine des juges antiterroristes. Antoine a été tué par les ravisseurs. Vincent a été retrouvé, le corps à moitié calciné, criblé de balles.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.