Accéder au contenu principal
Mali / Qatar

Le rôle du Qatar et du Croissant-Rouge qatarien, au nord du Mali, en question

Un convoi de combattants du Mujao à Gao, le 7 août 2012.
Un convoi de combattants du Mujao à Gao, le 7 août 2012. REUTERS/Stringer

Récemment, les services secrets français démentaient que le Qatar ait pu envoyer des agents auprès des jihadistes du Mujao, dans le nord du Mali, sous couverture humanitaire. Malgré les démentis à Paris et à Doha, sur le terrain, les doutes persistent sur le rôle réel de ce richissime émirat arabe dans cette région contrôlée par les groupes armés.

Publicité

Fin juillet, une mission d'évaluation du Qatar est arrivée à Gao, via Niamey, pour recenser les besoins humanitaires de la région. Selon des témoins présents sur place, les Qatariens ont promis 3 milliards de francs Cfa de médicaments et matériels de tous genres. «On attend toujours» nous assure un membre de la société civile de Gao. Selon lui, 21 tonnes de denrées alimentaires ont été distribuées, un point c'est tout.

«Ils sont venus surtout avec beaucoup d'argent» affirme un acteur humanitaire qui déplore les primes faramineuses payées à certains personnels de soin à l'hôpital de Gao, créant des tensions avec leurs collègues moins chanceux. De l'avis des ONG sur place, il est bien difficile de travailler avec le Croissant-Rouge qatarien. Ces derniers sont arrivés sans avertir personne, pas même le CICR, pourtant coordinateur de l'aide d'urgence dans les zones de conflits.

De même, le Croissant-Rouge s'installe toujours dans des lieux stratégiques déjà bien pourvus en aide, comme l'hôpital de Gao contrôlé par le Mujao, et il délaisse des zones plus isolées. Des choix qui peuvent s'avérer déterminants en cas d'intervention militaire contre les islamistes.

De là à les suspecter de soutenir en sous-main les mouvements jihadistes, certains n'hésitent pas à franchir le pas. A Gao, des sources dignes de foi assurent que plusieurs avions qatariens se sont posés nuitamment ces derniers mois à Gao et Tessalit avec des cargaisons suspectes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.