Accéder au contenu principal
Côte d'Ivoire / France

Côte d'Ivoire : Paris affiche son soutien à Abidjan en dépit de quelques premières inquiétudes

Pierre Moscovici, ministre français de l'Economie entre son homologue du Développement, Pascal Canfin (g) et le Premier ministre ivoirien Daniel Kablan Duncan, Abidjan, le 1er décembre 2012.
Pierre Moscovici, ministre français de l'Economie entre son homologue du Développement, Pascal Canfin (g) et le Premier ministre ivoirien Daniel Kablan Duncan, Abidjan, le 1er décembre 2012. AFP PHOTO/ SIA KAMBOU

Le ministre français de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici et celui du Développement, Pascal Canfin, ont signé à Abidjan, un contrat, le 1er décembre avec le nouveau Premier ministre ivoirien Daniel Kablan Duncan. Le premier Contrat Désendettement-Développement ou C2D qui marque un soutien de la France aux nouvelles autorités ivoiriennes même s'il existe des inquiétudes sur la capacité de la Côte d'Ivoire à tourner la page des tensions de la crise postélectorale de 2010 et 2011 qui a fait officiellement plus de 3.000 morts.

Publicité

Le montant du premier C2D signé entre Abidjan et Paris représente 17 % du budget de la Côte d’Ivoire l’année prochaine, soit 630 millions d’euros, environ 415 milliards de francs CFA. Une enveloppe constituée par la récente annulation quasi-totale de la dette ivoirienne à l'égard de la France.

La France, moins offensive aujourd’hui sur l’exigence du respect des droits de l’homme par le pouvoir ivoirien, alors que plusieurs organisations internationales viennent de dénoncer des arrestations et des détentions arbitraires, ainsi que des cas de torture.

Ces exactions commises par l’armée ivoirienne ont été confirmées hier par un haut responsable de l’ONU.

Interrogé , le ministre français du Développement, Pascal Canfin déclare :« Nous avons en permanence dit qu’il n’y a pas de développement dans la durée sans réconciliation. Et il n’y a pas de réconciliation sans développement. Nous ne sommes absolument pas dans une posture paternaliste, où on viendrait donner des leçons et dire ce qu’il faut faire. En revanche, quand on lit des rapports d’ONG assez critiques, on peut être vigilant et préoccupé, surtout quand ces critiques sont confortées par des propos de l’envoyé spécial des Nations unies aujourd’hui ».

« La France a besoin de la Côte d’Ivoire et la Côte d’Ivoire a besoin de la France », a déclaré de son côté, Pierre Moscovici, au cours d’une conférence de presse.

Avec la signature de ce contrat, Paris peut appparaître en retrait sur l’exigence de l’instauration d’un Etat de droit en Côte d’Ivoire. Mais le ministre français de l’Economie et des Finances affirme le contraire.

La réconciliation est pour la Côte d'Ivoire un facteur de stabilité, de confiance et de croissance. Nous sommes venus pour promouvoir la coopération entre nos deux pays, pour être auprès de nos entreprises (...) Ce qui ne veut pas dire que nous sommes indifférents aux droits de l’homme.

 

 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.