Accéder au contenu principal
Mali

Mali: violents affrontements à Tombouctou entre l'armée malienne et des jihadistes infiltrés

Soldats maliens à Tombouctou, le 1er février 2013.
Soldats maliens à Tombouctou, le 1er février 2013. AFP / FRED DUFOUR

Nouvelle illustration de la présence jihadiste au Mali, malgré l'opération Serval, Tombouctou a été la cible d'un attentat-suicide dans la nuit de samedi à dimanche, puis d'une tentative d'infiltration d'islamistes. Dimanche au petit matin, l'armée malienne appuyée par des soldats français a lancé des recherches et des tirs ont alors éclaté. Sept personnes, dont un soldat malien et un civil nigérian, ont été tuées.

Publicité

La tension est restée vive à Tombouctou dimanche. La veille, pour faire diversion, un kamikaze s'est fait exploser. Dans la confusion qui a suivi, des jihadistes ont pu s'infiltrer à deux endroits de Tombouctou, dans le camp militaire et vers le lycée de la ville.

Selon des témoins, très rapidement, des coups de feu ont éclaté entre eux et l'armée malienne soutenue par une unité de l'armée française. Deux jihadistes ont été tués dans un premier temps dans le centre ville, et un militaire malien est décédé des suites de ses blessures.

Le bilan a ensuite évolué, il est toujours provisoire, trois autres jihadistes ont été tués, et un civil, originaire du Nigeria, pris comme bouclier humain par un combattant d'Aqmi, a été également tué.

L'armée française a évacué d'un hôtel de Tombouctou des officiels et des journalistes étrangers, qui avaient trouvé refuge sur place.

Très peu d'habitants de la ville ont mis le nez dehors dimanche. Le marché de la ville est resté fermé.

Dimanche, un peu avant la tombée de la nuit, des coups de feu sporadiques étaient toujours entendus, un peu comme si les armées maliennes et françaises  ne sont toujours pas arrivées à casser les deux reins des islamistes dans le nord du Mali.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.