Accéder au contenu principal
Burundi

Le Burundi se prépare à envoyer des troupes en Centrafrique

Le Burundi a déjà des troupes engagées au sein de l'Amisom, la force de l'Union africaine en Somalie.
Le Burundi a déjà des troupes engagées au sein de l'Amisom, la force de l'Union africaine en Somalie. Reuters

Le Burundi est prêt à envoyer un contingent pour participer au maintien de paix en Centrafrique, a annoncé son président, Pierre Nkurunziza, profitant de la visite officielle dans le pays depuis vendredi 26 juillet du président congolais et médiateur dans la crise en RCA, Denis Sassou-Nguesso. Une proposition qui vient confirmer la détermination du Burundi à participer au maintien de paix dans le monde.

Publicité

Le Burundi, qui est également membre de la Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC), a été sollicité par la région déjà présente en Centrafrique. « Il doit envoyer environ 500 soldats dans ce pays », a expliqué à l’AFP une source à la présidence burundaise. « Ils sont fin prêts, mais on ne connaît pas encore la date de leur départ », a précisé la même source.

Le Burundi, qui est sorti d’une longue guerre civile il y a moins de dix ans, ne cache pas son ambition de devenir l’un des principaux pays pourvoyeurs de troupes de maintien de paix dans le monde.

À côté des 500 autres soldats qui vont être déployés au Mali d’ici peu, le Burundi a déjà un contingent de 5 500 soldats engagés depuis des années au sein de l’Amisom en Somalie, sans compter des centaines de policiers présents au Darfour, en Côte d’Ivoire ou encore à Haïti.

Et malgré des pertes en Somalie tenues secrètes jusqu’ici, mais que certaines sources évaluent en termes de centaines, toutes ces opérations sont tout bénéfice pour Bujumbura, tant sur le plan économique que sur le plan diplomatique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.