Accéder au contenu principal
Djibouti

L'opposition djiboutienne accuse la France de soutenir la répression du régime

La prison de Gabode est souvent montrée du doigt en raison des conditions de détention.
La prison de Gabode est souvent montrée du doigt en raison des conditions de détention. Flickr

L'opposition djiboutienne n'apprécie pas l'attitude de la France et tient à le faire savoir. Durant plusieurs semaines, Ali Aden Bouraleh, le directeur de la prison centrale de Gabode de Djibouti, a suivi une formation à l'Ecole nationale d'administration pénitentiaire (Enap) d'Agen en France. Inadmissible pour la coalition de l'USN et les défenseurs des droits de l'homme qui accusent Paris de soutenir la répression menée par Djibouti à l'égard des opposants.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.