Accéder au contenu principal
RWANDA

Rwanda: l’aile reconnue du PS-Imberakuri ne s’inscrit pas dans le projet d’alliance de Twagiramungu

Une vue aérienne de Kigali.
Une vue aérienne de Kigali. Getty Images

Au Rwanda, quelques jours après l’annonce de l’ancien Premier ministre rwandais, Faustin Twagiramungu, d’une alliance entre son parti Rwandan Dream Intiative, les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) et l’aile dissidente du Parti social-Imberakuri, l’aile enregistrée de ce dernier parti s’est défendue d’un quelconque lien avec cette initiative. Selon Faustin Twagiramungu, cette alliance vise à faire pression sur la communauté internationale pour qu’elle facilite leur dialogue avec Kigali.

Publicité

Il ne faut pas faire d’amalgame entre l’aile du Parti social-Imberakuri, enregistrée au Rwanda, et l’aile non reconnue par Kigali qui a annoncé faire alliance avec l’ancien Premier ministre rwandais et les FDLR. C’est le message qu’a voulu faire passer la présidente du parti reconnu en organisant une conférence de presse à Kigali, samedi 18 janvier.

 → A (RE)LIRE : Rwanda: pour Faustin Twagiramungu, «il est temps de mettre fin au chantage de Kigali»

« Cette alliance ne nous concerne pas parce que nous connaissons que les FDLR, ce sont des terroristes, explique Christine Mukabunani. C’est pourquoi nous ne pouvons pas faire l’alliance avec eux. Je condamne particulièrement les gens qui ont signé en notre nom de PS-Imberakuri parce que nous ne travaillons pas avec eux. […] Il faut expliquer aux autorités et à la population que le PS-Imberakuri n’a pas de contact avec ces gens-là. »

Parti scindé

Le PS-Imberakuri a été reconnu en 2009. Son président de l’époque, Bernard Ntaganda, a été condamné à de la prison ferme en 2011 pour atteinte à la sécurité de l’Etat et appel à la division éthique. Un emprisonnement dénoncé à l’époque par Amnesty International. Depuis, le parti est scindé en deux. L’aile légale est soupçonnée d’avoir été phagocytée par des partisans du parti présidentiel.

L’annonce de cette alliance avait immédiatement été condamnée par Kigali qui accuse la rébellion hutu rwandaise d’avoir des génocidaires en son sein et d’être responsable des attaques à la grenade qui frappent régulièrement le pays depuis 2010. Cité par la presse rwandaise cette semaine, Vincent Munyeshyaka, le secrétaire permanent du ministère en charge de l'Administration territoriale, notamment des Partis politique, a prévenu : celui qui s’associe avec les « terroristes » FDLR sera considéré comme un terroriste.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.