Accéder au contenu principal
Madagascar

Madagascar: la Banque mondiale débloque 300 millions d’euros d’aide

Vue générale d'Antananarivo, capitale de Madagascar
Vue générale d'Antananarivo, capitale de Madagascar Getty/ Martin Harvey

L'Union européenne annonce la reprise complète de son aide à Madagascar. Une annonce qui coïncide avec celle de la Banque mondiale qui doit, elle, débloquer 400 millions de dollars minimum, soit près de 300 millions d'euros, à partir du mois de juin. Un événement qui conclut la visite dans le pays du vice-président chargé de l'Afrique de l’institution, le Sénégalais Makhtar Diop.

Publicité

Première visite en dix ans d'un vice-président de la Banque mondiale à Madagascar. Makhtar Diop, vice-président chargé de l'Afrique, a rencontré le président malgache à trois reprises avant de faire son annonce : « A partir du mois de juin nous allons mettre à disposition de Madagascar environ une somme de 400 millions de dollars pour la partie publique uniquement ».

Près de 300 millions d'euros environ pour l'aide au développement : « Ce que nous faisons de manière très spécifique à Madagascar c'est l'appui à la protection sociale, la nutrition, la reconstruction des infrastructures de base qui ont été détruites par les cyclones ou par les désastres que le pays a connu », ajoute le responsable de l’institution.

A (RE)LIRE : Le FMI de retour à Madagascar

En échange de cette aide, la Banque mondiale ne cache pas ses attentes, comme le détaille Makhtar Diop : « L'amélioration des entreprises du secteur public, et, quand cela est possible nous encourageons fortement le gouvernement à développer du secteur privé, qui participe à la gestion de ses entreprises. C'est un exemple de gouvernance économique ».

Par ailleurs, concernant l'insécurité dans le Sud, Makhtar Diop recommande de s'attaquer aux causes économiques de cette insécurité.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.