Accéder au contenu principal
Niger

Niger: nouvelles études pour la prise en charge des malades du sida

La 20e conférence internationale sur le sida, AIDS 2014, s'est déroulée à Melbourne du 20 au 24 juillet 2014.
La 20e conférence internationale sur le sida, AIDS 2014, s'est déroulée à Melbourne du 20 au 24 juillet 2014. RFI / Claire Hedon

Lors de la conférence sur le sida à Melbourne, en Australie, de nouvelles études scientifiques sont présentées tous les jours avec pour objectif d’améliorer la prise en charge des patients. C’est le cas d’une étude épidémiologique menée par l’ONG Solthis. RFI a suivi ce congrès, qui se termine ce jeudi 24 juillet.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Melbourne, Claire Hédon

Solthis forme des acteurs de santé en Afrique pour améliorer la prise en charge des patients, améliorer la gestion des stocks de médicaments et des données sanitaires. C’est dans ce cadre que Jacques Ndawinz, responsable du système d’information sanitaire chez Solthis, a mené une étude au Niger. Cette dernière est destinée à mesurer le nombre de personnes porteuses du VIH sida qui continuaient à prendre des antirétroviraux, deux ans après l’initiation du traitement.

« Après vingt quatre mois de traitement, nous avons à peu près, de manière globale, 60 % des personnes qui sont toujours sous traitement. Et ce que nous avons vu d’intéressant, c’est que nous avons une meilleure rétention chez les enfants. Nous avons à peu près 75% d’enfants qui sont toujours sous traitement. Comparé aux adultes, nous avons à peu près 60% et c’est un résultat qu’on n’a pas vu dans d’autres études chez les enfants », a précisé Jacques Ndawinz.

« Un autre résultat, c’est qu’il y a un moins bon suivi des traitements chez les patients qui arrivent déjà très malades au traitement. Aussi, il va falloir améliorer les stratégies des prises en charge », a ajouté le responsable du système d’information sanitaire chez Sothis.

Des résultats qui montrent que 40% des patients adultes sont perdus, ce qui est beaucoup. Là-dessus, seuls 10% sont décédés. Tous les autres ont arrêté de prendre leurs médicaments. Il est donc urgent d’améliorer la prise en charge des personnes porteuses du VIH sida.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.