Accéder au contenu principal
Burkina Faso

Burkina Faso: l'armée rétablit la Constitution

Le lieutenant-colonel Isaac Zida à Ouagadougou, au Burkina Faso, le 14 novembre.
Le lieutenant-colonel Isaac Zida à Ouagadougou, au Burkina Faso, le 14 novembre. ISSOUF SANOG / AFP

La loi fondamentale avait été suspendue par le lieutenant-colonel Isaac Zida après les manifestations qui ont entraîné la chute de l'ancien président Blaise Compaoré. A Ouagadougou, les militaires expliquent leur choix de rétablir la Constitution. 

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Ouagadougou, 

La suspension de la Constitution est désormais levée au Burkina Faso. L'objectif, selon le colonel David Kabré, porte-parole du lieutenant-colonel Isaac Zida, est « d'engager le processus de mise en place d'une transition civile dans l'esprit de la Constitution du 2 juin 1991 et d'envisager le retour à une vie constitutionnelle normale. »

Par ailleurs, a-t-il précisé ce samedi 15 novembre à Ouagadougou, « le lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida assume les responsabilités de chef de l'Etat pour assurer la continuité du pouvoir de l'Etat jusqu'à la mise en place des institutions de la transition ».

La Charte de la transition doit être signée ce dimanche

La Constitution rétablie, la signature officielle de la Charte de transition est désormais possible. Elle est prévue ce dimanche. Normalement, pour respecter les règles, le conseil constitutionnel devrait reconnaître la vacance du pouvoir. Blaise Compaoré en exil, le président de l’Assemblée nationale censé assurer l’intérim n’étant pas là, la Charte de transition une fois paraphée va devenir le texte fondateur du fonctionnement de l’Etat du Burkina Faso.

Le lieutenant-colonel Zida va donc assurer la fonction de chef de l’Etat en attendant la désignation du président de la transition. L’armée, l’opposition politique, la société civile travaillent sur un chronogramme précis pour les prochains jours, un calendrier qui prévoit les nominations dans les différents organes : présidence, gouvernement, Assemblée nationale.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.