Accéder au contenu principal
Zambie

Zambie: l’échéance présidentielle de 2015 suscite des ambitions

Vue de Lusaka, la capitale de la Zambie.
Vue de Lusaka, la capitale de la Zambie. Getty Images/Stuart Fox

En Zambie, les candidats se bousculent à la porte pour l’élection présidentielle du 20 janvier 2015. Une élection anticipée après le décès du président Michael Sata fin octobre. Celui-ci est mort d’une maladie dans un hôpital londonien donnant lieu à d’intenses rivalités au sein de son parti, le Front patriotique. Cette semaine, c’est sa femme qui s’est lancée dans la course.

Publicité

A peine son mari enterré, Christine Kaseba s’est déclarée candidate pour représenter son parti le Front patriotique à l’élection présidentielle du 20 janvier. Elle rejoint la longue liste des candidats : neuf au total, dont le fils du président défunt, son neveu ainsi que le ministre du Commerce, le ministre du Sport, et la ministre de l’Agriculture. Le parti au pouvoir est très divisé.

La mort soudaine du président Sata a déclenché une guerre de succession. Jusqu'à présent, la lutte était principalement entre le camp du vice-président du pays, Guy Scott qui assure actuellement l’intérim et celui du ministre de la Défense, Edgar Lungu. Les deux hommes se battent à coup de procédure judiciaire pour le contrôle du parti.

Côté opposition, la situation n’est guère plus brillante. En début de semaine, l'ancien président Rupiah Banda a annoncé lundi qu'il serait à nouveau candidat pour le MMD, Mouvement pour la démocratie multipartite. Avant d'être immédiatement contredit par le leader de son propre parti, qui a assuré qu'il serait lui-même tête d'affiche.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.