Accéder au contenu principal
Mali

Mali: les sanctions tombent dans l’affaire de l’avion présidentiel

L’Etat malien s'était porté acquéreur d’un Boeing 737.
L’Etat malien s'était porté acquéreur d’un Boeing 737. Wikimedia

A la suite de la publication d’un rapport du vérificateur général et d’un autre de la Cour suprême sur l'acquisition d'un avion présidentiel et des équipements militaires, le gouvernement malien vient de rendre public un rapport de mise en œuvre des sanctions, des redressements, dans ces deux affaires. Une série de mesures attendue notamment par le FMI.

Publicité

Parmi les mesures annoncées, les autorités maliennes ont officiellement saisi le procureur de la commune 3 de Bamako, qui a ouvert une information judiciaire, pour les cas éventuels de fraude dans l’exécution du marché des équipements militaires et de l’avion présidentiel. La main sur le cœur, le gouvernement de Bamako affirme qu’il laissera la justice faire son travail.

Autre mesure, le ministère malien de la Défense a déjà annulé une dizaine de contrats avec des fournisseurs. Et sur douze recommandations des enquêteurs, deux ont été entièrement mises en œuvre et neuf partiellement. Reste l’immatriculation de l’avion présidentiel en République du Mali. Le ministère de l’Equipement est chargé d’entreprendre les démarches.

Autre mesure phare annoncée, la suppression de la garantie bancaire de 100 milliards de francs CFA octroyée par l’Etat à une banque. Enfin, les sanctions contre les fautifs et les fautives commencent par tomber. De l’avis des responsables du Fonds monétaire international, avec ces mesures annoncées, le Fonds procèdera en décembre au décaissement suspendu depuis plusieurs mois.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.