Accéder au contenu principal
Mali

Le FMI débloque 6 milliards de francs CFA d’aides au Mali

Vue de Bamako, capitale du Mali.
Vue de Bamako, capitale du Mali. Wikimedia

C'est plutôt une bonne nouvelle pour le Mali. A l'issue d'un conseil d'administration, le Fonds monétaire international (FMI) a décidé lundi 1er décembre de procéder aux décaissements des aides budgétaires. Celles-ci avaient été suspendues l'an dernier après l'achat de l'avion présidentiel et d'équipements militaires dans des conditions controversées.

Publicité

Fin de la brouille entre le gouvernement malien et le Fonds monétaire international. Et c’est Christian Josz, chef de mission du FMI pour le Mali, qui l’annonce depuis Washington par vidéoconférence : « Je commence tout de suite par la bonne nouvelle : le FMI va débourser six milliards de francs CFA au titre de l’aide budgétaire pour le Mali. »

Deux dossiers avaient fâché le FMI : les conditions de l’achat de l’avion présidentiel et des équipements militaires. Aujourd’hui, pour le Fonds monétaire international, Bamako a mis de l’ordre dans ses affaires et doit continuer. « Il y a un nouveau mini code des marchés pour ces dépenses qui ont été mises au point, décrit Christian Josz. On avait convenu ensemble sur des mesures à mettre en œuvre pour aller de l’avant. Et maintenant ces mesures ont été mises en œuvre. C’était resserrer les règles en matière d’achats militaires quand il s’agit d’achats qui nécessitent un certain secret. » Et d'ajouter : « On avait demandé des audits ; ces audits ont eu lieu, ont été publiés. Des rapports ont été transmis à la justice, la justice s’est saisie des dossiers. »

Autre détail, sur le dossier des équipements militaires, le FMI apprécie la quinzaine d’annulations de contrats, mais ne demande pas l’annulation du contrat de la société Guo-Star, une société privée malienne accusée de surfacturation pour près de 29 milliards de francs CFA. Christian Josz explique pourquoi : « Le contrat Guo-Star, non, il n’est pas annulé, mais ils seront payés à concurrence des factures pro-forma, y compris les frais de livraison jusqu’à Bamako. »

En mars 2015, une équipe du FMI reviendra à Bamako. Objectif : faire avec rigueur le point sur la situation.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.