Accéder au contenu principal
Côte d'ivoire

Semaine judiciaire cruciale pour le FPI en Côte d’Ivoire

Le président ivoirien Laurent Gbagbo (g.), et le président du FPI, Pascal Affi N’Guessan (d.)
Le président ivoirien Laurent Gbagbo (g.), et le président du FPI, Pascal Affi N’Guessan (d.) Reuters

En Côte d’Ivoire, une nouvelle semaine mouvementée s’annonce pour le Front populaire ivoirien (FPI). Après le report du congrès décidé jeudi par la justice à la demande de Pascal Affi N’Guessan, la bataille entre les partisans du président du parti et ceux de Laurent Gbagbo va se jouer devant la justice. Avec un premier acte qui doit se jouer dès ce lundi 15 décembre dans la matinée

Publicité

C’est dans les prétoires que les deux camps du FPI vont se faire face. Ce lundi, Pascal Affi N’Guessan, le président du parti et Agnès Monnet, sa porte-parole, ont été assignés en référé par Sébastien Dano Djédjé. Avec cette procédure d’urgence, l’homme chargé de l’organisation du Congrès va tenter de faire annuler son report.

Joint par RFI, il dénonce : « notre Congrès a été suspendu sine die, sans même que nous ne soyons entendus. Avant de conclure : si nous ne faisons rien, cette interdiction peut durer des années. Les intérêts mêmes du parti sont lésés. »

Candidature de Gbagbo

Mais Pascal Affi N’Guessan, lui, veut d’abord faire toute la lumière sur la candidature de son rival, Laurent Gbagbo à la présidence du FPI. Une candidature « Irrecevable », selon lui. La plainte devrait être étudiée par le tribunal le jeudi 18 décembre.

Ce n’est qu’après ces épisodes judiciaires qu’on devrait savoir si le Congrès du FPI se tiendra dans un avenir proche, et qui pourra être candidat à la tête du premier parti d’opposition ivoirien.

→ À (RE)LIRE : Côte d’Ivoire: pas de congrès pour un FPI déchiré

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.