Accéder au contenu principal
Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire: la justice confirme l’interdiction du congrès du FPI

Le président par intérim du FPI, Pascal Affi N'Guessan, lors de la cérémonie de clôture de la 8e convention de son parti, à Abidjan, le 22 février 2014.
Le président par intérim du FPI, Pascal Affi N'Guessan, lors de la cérémonie de clôture de la 8e convention de son parti, à Abidjan, le 22 février 2014. AFP/Issouf Sanogo

En Côte d’Ivoire, la justice a confirmé ce mercredi 17 décembre l'interdiction provisoire du congrès du Front populaire ivoirien (FPI). Le juge a en effet estimé que l’action entamée par le comité d’organisation et une partie des supporters de Laurent Gbagbo était mal fondée. La semaine dernière, le président en exercice du parti d’opposition, Pascal Affi N’Guessan, avait saisi la justice pour que la validité de la candidature de Laurent Gbagbo, à la tête du FPI, soit invalidée, entrainant ainsi la suspension du congrès, prévu le 11 décembre. Les « pro-Gbagbo » avaient, eux, répliqué en référé pour que le juge revienne sur sa décision.

Publicité

Le premier round tourne donc à l’avantage de Pascal Affi N’Guessan. En effet, le juge qui a rendu la semaine dernière l’ordonnance interdisant la tenue du congrès du 11 décembre, a confirmé sa décision. Il déclare, aujourd’hui, que la demande de la partie adverse, à savoir le comité d’organisation et une partie du FPI – favorable à Laurent Gbagbo – était infondée.

Pour mémoire, Sébastien Dano Djédjé, président du comité d’organisation, avait introduit - via ses avocats - une demande en rétractation auprès du juge, arguant que celui-ci n’avait pas entendu toutes les parties prenantes de l’affaire lors de sa décision.

« Nul et non avenu », selon le juge qui confirme ainsi implicitement que le congrès du FPI ne pourra se tenir que lorsque l’autre volet de l’affaire sera tranché, à savoir la validité de la candidature de Laurent Gbagbo pour la course à la présidence du FPI. Cette dernière est contestée par Affi N’Guessan.

Le deuxième round est donc prévu, jeudi, au tribunal d’Abidjan. Plus que jamais, le match entre supporters de Laurent Gbagbo et de Pascal Affi N’Guessan se déroule dans le prétoire et non pas dans l’arène politique.


■ Le camp Gbagbo annonce son intention de faire appel

Le secrétaire national du FPI, Michel Séry Gouagnon, n'a pas encore pris connaissance des arguments du magistrat, mais il envisage d'ores et déjà de faire appel : « En matière de référé, on se présente devant le même juge. Très souvent, il est difficile, en moins d’une semaine, qu’un magistrat qui a pris une décision, revienne sur sa décision. Mais cependant, c’est la procédure, il faut la suivre et espérer qu’en appel, là où un autre juge intervient que, nos arguments puissent l’emporter sur les arguments qui nous ont fait perdre en première instance. On a deux manières de régler le problème. Il y a l’action judiciaire que nous impose le président Affi. Et le président Affi a d’autre part l’obligation de faire fonctionner le parti. Nos textes par exemple nous obligent à tenir un comité central tous les trois mois parce que nous avons besoin de comprendre pourquoi le président Affi a décidé de reporter le congrès en faisant fi de nos textes ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.