Accéder au contenu principal
Tchad

Tchad: les huissiers, notaires et avocats suspendent leur grève

Au Tchad, les huissiers, notaires et avocats étaient en grève depuis plus d’un mois pour réclamer à l’Etat tchadien le paiement de plus de 40 milliards de francs CFA, en décembre 2014.
Au Tchad, les huissiers, notaires et avocats étaient en grève depuis plus d’un mois pour réclamer à l’Etat tchadien le paiement de plus de 40 milliards de francs CFA, en décembre 2014. Getty Images/ Spaces Images

Au Tchad, les huissiers, notaires et avocats, en grève depuis plus d’un mois pour réclamer à l’Etat tchadien le paiement de plus de 40 milliards de francs CFA, ont décidé de reprendre le travail à partir de ce lundi 22 décembre. A l’origine de cette détente, l’implication du médiateur national qui a réussi à rapprocher l’Etat et les trois professions.

Publicité

Les trois professions ont décidé de reprendre le travail dès ce lundi, et ce, jusqu’à la fin janvier 2015, le temps de laisser la chance aux démarches en cours d’aboutir, comme l’explique maître Abdou Lamian Ndoubalo, bâtonnier de l’ordre des avocats du Tchad : « Nous nous sommes expliqués et les choses sont rentrées dans l’ordre. Nous sommes repartis informer la base qui a compris qu’il ne sert à rien dans ce cas-là de poursuivre les hostilités. On a décidé donc de suspendre le mouvement jusqu’au 30 janvier prochain ».

Le bâtonnier ajoute que c’est l’implication du médiateur national qui a permis de rapprocher les positions. En termes concrets, dès ce lundi des représentants de l’Etat, ceux des trois corporations, mais aussi des banques qui ont promis de racheter les impayés de l’Etat, un peu plus de 40 milliards de francs CFA, devraient se retrouver pour entamer des discussions. « Le même médiateur a obtenu qu’on puisse se rencontrer donc lundi avec le ministère des Finances, celui de la Justice et le pôle bancaire pour voir ce qu’on peut faire. Il y a beaucoup d’espoir qu’on puisse arriver à nous accorder sur certains points qui peuvent apaiser la situation », se satisfait maître Abdou Lamian Ndoubalo.

Une des premières conséquences de la levée de la grève sera sans doute la reprise du procès des anciens responsables de la DDS, la police politique du régime de Hissène Habré. Un procès suspendu depuis plus trois semaines.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.