Accéder au contenu principal
RDC

RDC: Moïse Katumbi ovationné à son retour au Katanga

Le gouverneur de la province du Katanga Moïse Katumbi est aussi propriétaire du club de foot congolais le Tout Puissant Mazembe.
Le gouverneur de la province du Katanga Moïse Katumbi est aussi propriétaire du club de foot congolais le Tout Puissant Mazembe. AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO

C'est un retour très attendu en République démocratique du congo (RDC). Moïse Katumbi, est arrivé ce mardi 23 décembre à Lubumbashi, accueilli par une foule immense. Son absence depuis deux mois a beaucoup fait parlé au sein de sa propre classe politique, la majorité présidentielle. Le gouverneur du Katanga est toujours soupçonné de vouloir se présenter contre le président Joseph Kabila ou de faire défection. Reportage à Lubumbashi, province du sud de la RDC.

Publicité

3h30 pour arriver à la place de la poste située seulement à 16 km de l’aéroport. Tout le monde était là, partis de l’opposition comme de la majorité, y compris la société civile, preuve de la popularité de Moïse Katumbi Chapwe. Et face à toutes les suspicions et accusations dont il est l’objet, le gouverneur du Katanga s'est montré plutôt conciliant.

« Nous ne provoquons personne. C'est Dieu qui est notre père. a-t-il déclaré devant la foule. Nous prions même pour nos ennemis. Prions pour ceux qui ne nous aiment pas. Prions pour eux afin que Dieu bénisse notre pays. »

Seule phrase un peu ambigüe du propriétaire et sponsor du Tout Puissant Mazembe, Moïse Katumbi a évoqué un match de football avec deux penalties injustes avant que le troisième ne mène le public à descendre sur le terrain. Faisait-il ainsi référence aux deux premiers mandats du président Kabila et à un éventuel soulèvement que pourrait entraîner une troisième candidature ? Moïse Katumbi n’a pas précisé sa pensée, laissant les habitants de Lubumbashi débattre sur ces mystérieux propos.


L'opposition réclame le dialogue

L'UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social) a de son côté appellé à un dialogue sous l'égide de la communauté internationale. Le parti d'opposition congolais estime par la voix de son Secrétaire général qu'il est plus que nécessaire pour éviter « une catastrophe » qui, comparée à celle du Burkina Faso, aurait selon lui une ampleur plus retentissante en République démocratique du Congo (RDC). Eviter aussi les scènes de violences et de pillages qui ont émaillé la fin du règne de Mobutu.

« Il y a eu mort d'hommes, a martelé le porte-parole de L'UDPS, Augustin Kabuya, insistant sur la nécessité de vider le contentieux électoral de 2011. Beaucoup de choses se sont déroulées pendant les élections, que nous ne pouvons pas oublier d'emblée. »

A (RE)LIRE : Campagne électorale sous tensions en RDC

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.