Accéder au contenu principal
Economie / France / Afrique

Le terrorisme s’invite au Forum pour la croissance en Afrique à Paris

De gauche à droite : les présidents sénégalais (Macky Sall), français (François Hollande), gabonais (Ali Bongo) et ivoirien (Alassane Ouattara) lors du Forum franco-africain à Paris, le 6 février 2015.
De gauche à droite : les présidents sénégalais (Macky Sall), français (François Hollande), gabonais (Ali Bongo) et ivoirien (Alassane Ouattara) lors du Forum franco-africain à Paris, le 6 février 2015. REUTERS/Ian Langsdon/Pool

A Paris, se tient ce vendredi 6 février un Forum pour la croissance. L’objectif de ce rendez-vous qui se déroule au ministère français des Finances est de parler économie entre la France et l’Afrique. Trois chefs d’Etat du continent ont fait le déplacement, le Sénégalais Macky Sall, le Gabonais Ali Bongo et l’Ivoirien Alassane Ouattara aux côtés du président français François Hollande. Tous ont rappelé à quel point le terrorisme entravait le développement économique du continent.

Publicité

C’est d’abord la ministre nigériane des Finances qui s’est exprimée dans un français limpide. Ngozi Okonjo-Iweala a parlé de la riposte contre la menace représentée par Boko Haram. « Nous avons redoublé d’effort pour attaquer Boko Haram avec l’aide de nos pays voisins », a-t-elle assuré. Et sur cette lancée, la ministre nigériane a demandé à la France de poursuivre son aide technique et de renseignement.

Mais ce vendredi matin, il était surtout question d’économie. Les chefs d’Etat veulent encourager les investisseurs à s’implanter en Afrique. Macky Sall, le Sénégalais, a rappelé les efforts faits en matière de bonne gouvernance pour assainir le climat des affaires. De son côté, Alassane Ouattara a affirmé : « C’est le bon moment d’investir en Afrique ». Il a regretté par ailleurs la frilosité des investisseurs français. Enfin, François Hollande a annoncé la création de plusieurs instruments destinés à faciliter les investissements français sur le continent africain. Pour le président gabonais, la transformation locale des ressources naturelles est un impératif pour un réel développement de l’Afrique et qu’il faudrait que la France intègre cette vision.

François Hollande

Le président Hollande veut notamment promouvoir la croissance partagée avec la création d’une fondation franco-africaine pour la croissance. Elle a été présentée ce matin par son président, le Franco-Béninois Lionel Zinsou. « Ce n’est pas une structure supplémentaire dans la relation entre la France et l’Afrique », a déclaré François Hollande à l’ouverture du forum. Selon le président français, « l’Afrique, c’est l’avenir de la France ».


► Ce Forum sera le sujet du débat du jour avec comme invités Lionel Zinsou, banquier d'affaires, président du fonds d’investissement PAI Partners et de la Fondation Afrique-France ainsi que Guy Knowdys, consultant en intelligence économique chez Knowdys Consulting Group et Responsable de Doing Business in Africa à Centrale Paris. A écouter sur RFI à 18h40 (T.U.) vers le monde et Paris, et à 19h40 (T.U.) vers l'Afrique.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.