Accéder au contenu principal
RDC / Rwanda

RDC: l'ardu recensement des réfugiés rwandais

La plupart des réfugiés vivent dans des zones sous contrôle de divers groupes armés, notamment des rebelles des FDLR (photo).
La plupart des réfugiés vivent dans des zones sous contrôle de divers groupes armés, notamment des rebelles des FDLR (photo). Photo: AFP

Prévue pour durer six mois, l'opération de recensement biométrique des réfugiés rwandais entamée en avril 2015 pourrait durer plus longtemps que prévu. Si les enregistrements sont terminés dans les provinces du Katanga et de l'Equateur, l'opération avance en revanche timidement dans le Sud-Kivu et a même été suspendue dans la province du Nord-Kivu à la mi-juillet sur décision des autorités congolaises. Les équipes du Conseil national congolais pour les réfugiés et celles du HCR, toutes deux en charge de l'opération ont donc été rapatriées. A ce jour, dans le Nord-Kivu, 17 500 réfugiés ont été enregistrés sur un total d'environ 200 000 selon un recensement achevé en août 2014.

Publicité

La première difficulté est d'accéder aux populations réfugiées. La plupart d'entre elles vivent dans des zones reculées sous contrôle de divers groupes armés, notamment des rebelles hutus rwandais des FDLR. Or, ces derniers se présentent volontiers comme les protecteurs de ces réfugiés et ne cachent pas leur hostilité vis-à-vis du recensement biométrique.

Plusieurs sources évoquent même un communiqué diffusé début juillet dans lequel ils posent comme condition pour permettre ce rencensement la fin des opérations militaires que mène actuellement l'armée congolaise pour tenter de les déloger. « Il y avait des craintes pour la sécurité des équipes sur le terrain », explique par ailleurs le HCR. « D'autant que dans cette zone les kidnapping sont fréquents », ajoute le représentant régional de l'organisation.

Craintes sur le rapatriement forcé

En attendant que la situation se décante, les campagnes de sensibilisation, elles, se poursuivent pour « expliquer aux populations le bien-fondé de l'exercice », précise encore le HCR. Car, en dépit des nombreux messages déjà diffusés, certains réfugiés rwandais craignent aussi que cet enregistrement n'ouvre la voie à un rapatriement forcé.

En 2014, lors d'un premier recensement, plus des deux tiers d'entre eux disaient ne pas vouloir rentrer dans leur pays. D'autant que plus de la moitié ont moins de 17 ans et n'ont donc jamais connu le Rwanda.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.