Accéder au contenu principal
Afrique du Sud

Afrique du Sud: vives réactions après un nouveau changement de ministre

Le président sud-africain Jacob Zuma, le 19 février 2015 au Parlement.
Le président sud-africain Jacob Zuma, le 19 février 2015 au Parlement. REUTERS/Mike Hutchings

Stupéfaction en Afrique du Sud après un nouveau remaniement ministériel. Dimanche soir, le président Jacob Zuma a de nouveau changé son ministre des Finances. La semaine dernière, le président a remplacé le très respecté Nhlanhla Nene par un inconnu David van Rooyen, provoquant une chute de la monnaie nationale, mais surtout l’indignation de nombreux Sud-Africains.

Publicité

En Afrique du Sud, c’est la consternation. Trois ministres des Finances se sont succédé en une semaine alors que l’économie va mal et que le chômage est à 25%.

Pour Mmusi Maimane, leader du principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique, le président Zuma joue à la roulette russe avec l’économie : « C’est un président qui prend des décisions sans aucun fondement. Nous allons mettre beaucoup de temps à nous remettre des conséquences de ses décisions sur notre économie ».

Le leader populiste de l’EFF, Julius Malema, a appelé à la démission immédiate du président Zuma, et estime que son parti l’ANC a perdu tout contrôle sur le chef de l’Etat, par la voix du porte-parole de son parti, Mbuyiseni Ndlozi : « C’est une crise parce que peu importe le nombre de fois que vous changez le ministre des Finances, tant que Zuma sera là, ce sera l’incertitude permanente, on ne saura jamais ce qui peut se passer. Imaginez toutes les décisions prises par Zuma, sans aucun fondement, juste par intérêt personnel. La seule façon de résoudre ce problème, c’est à l’ANC de le rappeler une fois pour toutes ».

Seul le parti au pouvoir estime que le président Zuma a agi de façon démocratique, en écoutant les critiques et en acceptant de changer un ministre des Finances sans expérience.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.