Accéder au contenu principal
Burkina Faso

Législatives au Burkina: rééquilibrage des forces politiques confirmé

Roch Marc Christian Kaboré, au QG de son parti, le 1er décembre 2015, après l'annonce de sa victoire à l'élection présidentielle au Burkina Faso.
Roch Marc Christian Kaboré, au QG de son parti, le 1er décembre 2015, après l'annonce de sa victoire à l'élection présidentielle au Burkina Faso. AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO

Au Burkina Faso, le Conseil constitutionnel a proclamé les résultats officiels des élections législatives du 29 novembre dernier. Ces résultats confirment le rééquilibrage des forces en présence. Avec 55 députés, le parti du nouveau président aura besoin de nouer des alliances avec d'autres partis afin de mettre en œuvre son programme sans grands problèmes.

Publicité

En dehors des provinces d'origines, les leaders du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès) où le parti a pratiquement remporté tous les sièges, le Parti du soleil levant s'est contenté d'un partage des sièges avec les autres partis en compétition. Cela s'explique par la spécificité du vote au Burkina Faso : le citoyen vote plus un candidat par affinité que pour son appartenance idéologique.

Le MPP s'est taillé cette majorité grâce également au positionnement de certains cadres démissionnaires du CDP qui ont rejoint ce parti. Le maillage social mis en place par l'ex-parti au pouvoir a servi de socle aux anciens camarades du parti de Blaise Compaoré. Malgré ce score de 55 députés, le parti de Roch Marc Christian Kaboré doit tisser des alliances pour obtenir une majorité confortable à l'Assemblée nationale.

Et sur la question, il n'a pas grand souci à se faire, les 17 partis qui ont soutenu sa candidature promettent de le soutenir avec leurs quatre députés. Un autre soutien de taille vient de répondre à l'appel du MPP c'est l'UNIR/PS de Benewende Sankara. Le parti sankariste explique ce choix par sa volonté de donner plus de chance au Burkina Faso d'éviter « le chaos et lui donner les chances d'un meilleur devenir ».

Ces résultats définitifs confirment le rééquilibrage des forces politiques en présence au Burkina Faso, contrairement à l'ancienne législature où le CDP avait obtenu la majorité absolue. L'UPC de Zephirin Diabré conserve ses 33 sièges et les 18 sièges du CDP sont confirmés.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.