Accéder au contenu principal
Congo-Brazzaville

Congo-Brazzaville: les quartiers sud de Brazzaville vivent au ralenti

Vue de Brazzaville, capitale du Congo.
Vue de Brazzaville, capitale du Congo. Wikimedia/Jomako

Dix-sept morts, c'est le bilan officiel provisoire des affrontements ayant opposé l'armée congolaise et des assaillants dans la nuit de dimanche à lundi dans les quartiers sud de Brazzaville. Ces zones d'habitation ont tourné au ralenti mardi parce que vidées d'une bonne partie de leurs populations. Celles qui ont pu résister peinent et veulent une véritable paix.

Publicité

« Nous sommes au marché pour chercher à manger. La nuit d'aujourd'hui s'est passée dans le calme. On ne sait pas ce que ça va donner aujourd'hui, demain ou après-demain. Mais, on a besoin de la paix », ainsi parle Nadège, la quarantaine révolue qui fait partie des habitants qui n'ont pas quitté Makéléké à la suite des affrontements entre l'armée et un groupe d'assaillants. Mardi matin, elle venue faire ses achats dans le marché Bourreau quelque peu animé alors que tous les commerces ou presque de la zone sont restés fermés.

Les commerçantes du marché Bourreau qui proposent du manioc, des légumes ou encore des fruits, affirment avoir tourné à perte et souhaitent qu'une paix véritable s'installe. « Personnellement, je suis rentrée du village avec une importante quantité de marchandises. J'ai tout abandonné parce que tous les acheteurs ont fui. J'ai donc perdu mon argent », déclare une marchande. « Hier, je n'avais pas fui. En tout cas, aujourd'hui nous sommes revenus vendre nos articles. Ce dont on a besoin c'est la paix, rien que la paix », ajoute une autre.

Un bilan revu à la hausse

Après les affrontements qui ont opposés forces de sécurité et hommes armés dans la nuit de dimanche à lundi dans les quartiers sud de Brazzaville, les autorités avaient donné un premier bilan d'au moins 5 morts. Un bilan revu à la hausse ce mardi : 17 personnes ont été tuées et 54 hommes armés arrêtés, selon le ministre de la Communication, qui affirme que les assaillants seraient bien sous l'autorité du Pasteur Ntumi, qui a pourtant déjà démenti toute implication. Six membres des forces de l'ordre ont également été blessés, ainsi que plusieurs civils, dont le nombre exact reste à déterminer, selon le ministre.

On compte 17 morts, dont trois éléments de la force civiques, deux civils hélas...

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.