Accéder au contenu principal
Nigeria / Pétrole

Nigeria: chute record de la production pétrolière

Un homme passe près d'un champ de pétrole au Nigeria.
Un homme passe près d'un champ de pétrole au Nigeria. Chris Hondros/Getty Images

La filiale nigériane du géant pétrolier Shell a déclaré mercredi 11 mai l'état de «force majeure» pour se libérer de ses obligations contractuelles en raison d’une fuite importante affectant le principal oléoduc transportant l’or noir. Cette mesure intervient dans un contexte de fortes perturbations de la production dans le Delta du Niger, dans le sud du pays, notamment à cause de la recrudescence des attaques contre les installations pétrolières. Le Nigeria, premier producteur du continent, se retrouve par conséquent avec une production à son plus bas depuis 22 ans. 

Publicité

Selon l'agence Bloomberg, la production quotidienne est passée de deux millions de barils par jour à 1,7 million. Ce n'était pas arrivé depuis 1994. A l'époque, des raisons sécuritaires étaient déjà la cause de perturbations majeures de la production et de l'exportation.

Ces derniers mois, les opérateurs du secteur pétrolier et gazier ainsi que l’armée avaient signalé la résurgence des actes de sabotage marquant la région du Delta jusqu'en 2009.

En fin de semaine dernière, un groupe répondant au nom des « vengeurs du delta du Niger » a revendiqué une attaque contre une plateforme du groupe américain Chevron. Conséquence : la production de 35 000 barils par jour.

Un renforcement de la sécurité sur les sites pétroliers

Dans la foulée, le groupe Shell ordonnait l'évacuation de ses installations. En février dernier, la compagnie anglo-néerlandaise avait déclaré l'état de « force majeure » après qu'une attaque a endommagé le pipeline qui permet d'alimenter un des principaux terminaux d'exportation, celui de Forcados.

Déjà malmené dans ses finances par la chute du prix du baril sur le marché mondial, l'Etat nigérian devait réagir. Il a renforcé depuis le début de l'année la présence militaire autour des sites. Lundi dernier, trois de ces soldats ont été tués dans des échanges de tirs avec des rebelles dans l'Etat de Bayelsa.
 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.